Malgré les petits maux de grossesse, vivez sereinement les 9 mois !

Grossesse rime souvent avec petits maux sans gravité et bobos non négligeables. Comment agir contre de tels « désagréments » pour vivre une grossesse sereine ?


 

Les neuf mois de grossesse représentent souvent un des merveilleux moments de la vie d’une femme même s’ils sont parsemés de petits maux. Ce sont surtout des troubles sans gravité comme les nausées, le mal de dos… voire parfois des pathologies très graves comme l’hypertension artérielle gravidique, le diabète gestationnel… Or, malgré la présence de ces petits maux de grossesse, comment faire pour que les trois trimestres se passent avec sérénité ?

 

A lire aussi :

Je dévoile mon baby bump à l’occasion de mon anniversaire !

 


A suivre régulièrement l’évolution de :

Ma page Grossesse

(…) C’est sur cette page que je vais vous faire vivre ce gros changement dans ma vie durant 9 mois. Je ne vais pas essayer de rentrer dans des détails techniques compliqués (des milliers de sites en parlent), mais vous parler comment je vis ma grossesse du 1er mois au 9e (…)


Envie de tout savoir sur les petits maux de grossesse ?


 

Des femmes enceintes qui ne souffrent pas de petits maux de grossesse à un moment donné, c’est chose rare. Les neuf mois sont rythmés par des petits maux sans gravité et des bobos non négligeables qui peuvent jouer sur le moral des futures mamans (ils donnent rarement lieu à des complications, rassurez-vous !) Autant de raison pour ne pas les négliger même s’il ne s’agit que des nausées, de mal de dos…

 

#1 : Les nausées et vomissements

Manifestations. Les nausées et vomissements sont des petits maux très fréquents en début de grossesse (de la 6e au 14e semaine d’aménorrhée càd après le début du dernier règle. Ils peuvent s’arrêter vers la fin du 1er trimestre ou persister jusqu’au 20e semaine voire jusqu’à l’accouchement). Ils touchent 30 à 50% des femmes enceintes en général (pour ma part, je n’ai eu aucuns nausées et vomissements depuis le début de ma grossesse. J’ai juste eu des sensations de vertige liées à des odeurs ou des goûts dont je déteste). Les experts soulignent que ces petits maux sont dus aux modifications hormonales en début de grossesse, mais aussi de la fatigue et des facteurs émotionnels. Ils ne présentent aucun danger ni pour la future maman ni pour le bébé, sauf une dégradation de la qualité de vie de la femme enceinte si ceux-ci l’empêche de s’alimenter normalement (dans ce cas, vous devez agir en consultant votre médecin pour soulager ces petits maux). Bien que ces maux soient pénibles, ils annoncent une bonne nouvelle : votre bébé va bien. Les nausées surgissent d’habitude le matin, car le taux de glycémie est au plus bas.

Mais, comment les soulager ? Vous pouvez soulager nausées et vomissements durant la grossesse en adoptant certains gestes. Vous devez boire en choisissant le boisson qui vous convient : de l’eau, du thé ou de la tisane, des boissons glacées voire un bouillon de légumes. Au cas où les boissons ne vous tente pas, troquez-les aux fruits aqueux comme le melon, le raisin… Sinon, vous pouvez absorber une c-à-c de miel dès le premier signe de nausées (c’est un remède de grand-mère). Vous devez éviter les aliments gras et les plats trop épicés (préférez les aliments légers qui sont plus sains et chargent moins votre estomac). N’attendez pas d’avoir trop faim, prenez des petits morceaux pour que votre estomac ne soit pas vide. Vous devez attendre un bon moment avant d’aller faire la sieste après le déjeuner. Savez-vous que l’acupuncture peut soulager ces petits maux de grossesse ? En dernier recours, vous pouvez opter pour des médicaments en consultant votre médecin.

 

nausées et vomissements durant la grossesse
© Pixabay

 

#2 : L’acné

Manifestations. L’acné durant la grossesse n’a rien d’anormale, car c’est l’effet d’un pic hormonal bouleversant profondément le taux d’œstrogène et de progestérone. En conséquence, la production de sébum est modifiée déséquilibrant ainsi l’épiderme via l’apparition de quelques imperfections (comme les boutons disgracieux, les points noirs, les rougeurs voire les kystes, la peau grasse…) sur le visage, le cou, le buste, le dos… (pour ma part, c’était surtout vers la fin du 2e mois et du 3e mois que j’ai eu quelques boutons disgracieux sur mon visage et ma poitrine. Ils disparaissent petit à petit) L’acné durant la grossesse touche à peu près 50% des femmes enceintes qu’elles ont l’impression de revivre leur adolescence. Une jeune femme présentent une « peau de porcelaine » durant l’adolescence n’échappe pas forcément à l’acné durant les neuf mois. Ça peut être encore pire (ou non) pour celles qui ont eu des petits ou gros soucis d’acné durant leur adolescence. Rassurez-vous, car ce petit maux de grossesse ne détermine en aucun l’acné de l’enfant à naître. La dernière bonne nouvelle ? L’acné régresse après l’accouchement.

Mais, comment la soulager ? Sont contre-indiqués pendant la grossesse, la plupart des traitements contre l’acné. En fait, la présence de certaines composantes comme la rétinoïde, le tétracycline peuvent être dangereux pour le développement du fœtus. Donc, vous devez consulter votre dermatologue avant de vous lancer sur un éventuel traitement surtout en cas d’allaitement. Il s’avère que les gélules de zinc sont particulièrement efficaces – bien évidemment en accord avec votre dermatologue. Adoptez de bons gestes pour lutter contre l’acné de grossesse comme l’utilisation de pain dermatologique au lieu de savon ordinaire qui ne fait qu’irriter davantage votre peau (pour ma part, mon visage n’a pas supporté le pain dermatologique que j’ai utilisé vers le 3e mois de grossesse). Pour ne pas agresser encore plus votre peau, évitez les masques et les gommages ; investissez plutôt sur des fluides non-comédogènes. Évitez de percer les boutons (ce que je n’arrive pas à me passer gravement !!!) au risque d’avoir des plaies réinfectées et des cicatrices.

 

acné durant la grossesse
© Pixabay

 

#3 : Le ballonnement et le gaz

Manifestations. Les ballonnements intestinaux – fréquents chez les femmes enceintes – sont encore la faute aux hormones produits en très grande quantité. La progestérone, de son côté, ralentit le transit intestinal gonflant ainsi les intestins, engendrant une sensation de ballonnement et engendrant de gaz. L’œstrogène, quant à lui, augmente la taille de l’utérus appuyant ainsi sur les intestins et favorisant les ballonnements (en ce moment, ce petit maux me gêne beaucoup, car presque toute la journée, j’ai la sensation d’avoir de l’air dans mon ventre et ça me pique grave des fois). En plus, le processus de digestion de la future maman est ralenti par la pression exercée par le fœtus au niveau de l’estomac. Les ballonnements touchent fréquemment la plupart des femmes enceintes (essentiellement en fin de journée) depuis le début de grossesse. Ce petit maux de grossesse ne fait courir aucun risque sur votre bébé SAUF un risque minime si vous ne mangez pas à des heures régulières. Mais, rassurez-vous, car dans la plupart des cas, ils ne font courir aucun risque sur la santé de votre bout de chou, au contraire, les gargouillis peuvent le bercer 🙂

Mais, comment les soulager ? Cette sensation désagréable et gênante, que sont les ballonnements durant la grossesse, peut être soulagée par divers gestes. Essayer d’aller fréquemment à la selle (mais comment ? Pour cela, mangez des aliments riches en fibres, buvez beaucoup, mangez des fruits et légumes, pratiquez régulièrement des exercices physiques…) pour vous débarrasser du gaz et ainsi des ballonnements. Vous devez manger moins, mais souvent et à des heures régulières (il est déconseillé d’opter pour 3 repas copieux, mais plutôt 5 repas légers ou 3 repas + 2 collations). A table, essayez de prendre votre temps en mangeant lentement et bien mâchant vos aliments (dans une position qui ne comprime pas votre estomac). Vous devez éviter de parler la bouche pleine au risque d’avaler encore plus d’air. Sachez que certains aliments, comme les navets, le maïs, les fritures, les choux-fleurs, les choux, les légumes secs, les haricots, les asperges, les gâteaux… favorisent davantage les ballonnements intestinaux. Il est important de pratiquer des exercices physiques ou sports qui facilitent le transit intestinal et évite ainsi la constipation.

 

ballonnement et gaz durant la grossesse
© Pixabay

 

#4 : La fréquente envie d’uriner

Manifestations. La fréquente envie de faire pipi est un des premiers signes de grossesse. Pendant les premières semaines et le dernier trimestre de grossesse (quand bébé descend dans le bassin et appuie sur la vessie), vous avez cette envie d’aller aux toilettes due aux bouleversements hormonaux. Le 2e trimestre est une période un peu calme (c’est là que je commence à vivre avec épanouissement ma grossesse). Mais, au fil du mois, vous produisiez plus d’urine, car votre utérus grandit et la taille de votre vessie réduit. Cette dernière subit la pression de l’utérus, vous donnant ainsi l’impression qu’elle est pleine même si elle est vide. En outre, l’augmentation du flux sanguin dans votre organisme (d’environ 30%) oblige les reins à traiter une plus grande quantité de liquide (depuis le début de ma grossesse, j’ai ressenti cette fréquente envie d’aller faire pipi surtout la nuit. Je vois toujours les choses du bon côté càd que le fait de me lever plusieurs fois la nuit pour aller aux toilettes durant la grossesse est un excellent entraînement pour me préparer efficacement à l’arrivée du bébé : passer des nuits agitées et ponctuées de tétés). L’envie fréquente d’uriner devient encore plus importante quand votre bout de chou sera en position de naissance vers le 7e mois (c’est le signe que l’accouchement approche à très grand pas). Et c’est là qu’arrive les difficultés à vider complètement la vessie, d’où les fréquentes vas-et-viens aux toilettes.

Mais, comment la soulager ? Pour limiter ce petit maux qu’est la fréquente envie d’uriner pendant la grossesse, vous devez aller aux toilettes dès que le besoin se fait sentir. Afin d’éviter d’aller plus souvent aux toilettes durant la nuit, consommez plus de liquide durant le jour que le soir. Limitez votre consommation de caféine (présente dans le café, le thé, le chocolat, les boissons gazeuses et énergisantes). Faites des exercices physiques tous les jours. Évitez de boire moins afin de diminuer cette fréquente envie d’uriner, car vous risquez dans ce cas la constipation et les infections urinaires (vous devez boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour étant enceinte pour éviter toute déshydratation). Rassurez-vous, car ce petit maux de grossesse s’arrête dès la naissance de bébé (même si durant les premiers jours de l’accouchement, vous ferez encore plus pipi que durant les 9 mois. C’est normal, votre organisme a besoin d’évacuer tous les fluides accumulés pendant ces 3 trimestres).

Mais comment reconnaître les signes des infections urinaires ? Vous devez absolument consulter votre médecin au cas où vous avez des difficultés à commencer à uriner. Vous avez la sensation de brûlure lorsque vous urinez. Votre urine sort en goûtes mais non pas en jet. Juste après avoir uriné, vous avez de nouveau la même sensation. Après avoir fait pipi, vous ressentez une douleur au bas du ventre. Il y a présence de sang dans votre urine.

 

fréquente envie d'uriner durant la grossesse
© Pixabay

 

#5 : Le mal de dos

Manifestations. Le mal de dos fait partie des petits maux de grossesse fréquents chez les femmes enceintes. Il survient dès le premier mois de grossesse alors que bébé est encore léger comme une plume. Mais, ce n’est pas du tout la faute à votre bout’ d’ chou si vous avez mal au dos, c’est encore la faute aux hormones (encore ???) En fait, il peut être dû au poids du ventre (vous avez tendance à courber votre dos vers l’arrière pour compenser ce poids) ou aux ligaments qui sont plus relâchés pendant la grossesse afin de prévenir l’accouchement. A peu près 75% des femmes enceintes souffrent des douleurs dorsales (pour ma part, jusqu’en ce moment, j’en souffre pas trop même si de temps en temps je sens une légère douleur dorsale). Durant le premier trimestre de grossesse, ce petit maux est dû au pic hormonal provoquant ainsi un relâchement des ligaments et des muscles (notamment des abdominaux. D’où un basculement du bassin) et/ou de votre manière de vous tenir en adoptant inconsciemment une position spécifique (dos légèrement cambré et ventre poussé vers l’avant). Le deuxième trimestre, le mal de dos est causé par le fait que bébé, en grandissant, prend plus de place vers le bas et vers l’avant. En outre, les muscles du dos et des abdos sont antagonistes : ils ramènent vers l’arrière ceux qui tirent vers l’avant pour l’équilibre. Au dernier trimestre de grossesse, votre dos ne vous laisse aucun répit (c’est normal, comme vous approchez du terme) à cause des douleurs le long du trajet des deux nerfs sciatiques (partant du creux des reins descendant dans les fesses pour finir jusqu’aux cuisses). Ce petit maux survient encore quand vous êtes trop cambrés vers l’arrière. Étant proche du terme, vous sentez un mal de dos intense, car le pic hormonal provoque un relâchement ligamentaire maximal faisant bouger les os du bassin.

Mais, comment le soulager ? Nombreuses sont les techniques qui aident à soulager le mal de dos durant la grossesse comme l’acupuncture, la kinésithérapie et les massages, l’ostéopathie suivant l’aide du professionnel en la matière. Vous pouvez encore avoir recours aux médecines douces pour vous soulager de ce petit maux. Les traitements médicamenteux sont en dernier recours, car nombreux sont les médicaments contre-indiqués aux femmes enceintes (sont permis le Paracétamol pour des douleurs modérés, le Magnésium face aux transformations ligamentaires…) Sinon, essayez d’effectuer des activités physiques régulières comme la natation ou l’aquaforme, le yoga prénatal, la musculation…

 

mal de dos durant la grossesse
© Pixabay

 

#6 : Les vergetures

Manifestations. Les vergetures durant la grossesse sont liées aux bouleversements hormonaux. Environ 8 femmes enceintes sur 10 « souffrent » de ces désagréments physiques d’ordre esthétique. Ces petits maux peuvent gâcher littéralement leur vie s’ils viennent à envahir une grande partie du corps essentiellement le ventre. Or, la peau peut craquer ainsi au cas où il y a une prise de poids trop importante et trop rapide occasionnant un étirement brutal et donc une importante apparition des vergetures. En fait, une telle prise de poids provoque une désorganisation totale de la structure de la peau. D’où, un phénomène inflammatoire se développe dégradant ainsi les fibres élastiques et le collagène essentiels à la bonne tonicité et la bonne élasticité de la peau. Résultat final ? La peau fabrique de nouvelles fibres beaucoup moins nombreuses de structure plus fine et plus fragile laissant ainsi des marques indélébiles : les vergetures (stries rouges ou violacées. La couleur change au fil du temps pour devenir finalement blanches). C’est surtout vers le 6e mois de grossesse que ces désagréments apparaissent des suites d’une accélération de prise de poids. Sont concernés par les vergetures durant la grossesse, les zones du corps qui grossissent :

  • Ventre : 40%.
  • Cuisses : 25%.
  • Poitrine : 25%.
  • Hanches : 20% (pour ma part, j’ai commencé à hydrater mon corps, surtout la poitrine, le ventre, les cuisses et les fesses, au début du 3e mois de ma grossesse en utilisant la crème anti-vergeture Sanosan Mama. J’ai toujours eu des cicatrices importantes sur mes fesses et une partie de mes cuisses depuis mon adolescence. Mais, je fais tout pour que les vergetures de grossesse n’attaquent pas ma poitrine et mon ventre. Le produit que j’utilise a l’air de bien marcher. Ce qui importe c’est que je fais très attention à une prise de poids trop importante et rapide qui ne veut pas dire que je suis un régime. Pas question ! Je fais juste attention de ne pas manger pour deux, mais bien varier et équilibrer mes aliments).

Mais, comment les soulager ? Ou dois-je dire « comment les éviter ? » Eh oui, vous pouvez absolument éviter l’apparition des vergetures durant la grossesse. Mais, comment ? Surveillez votre poids (telle est la règle d’or) afin d’éviter tout craquement de la peau. Hydratez régulièrement votre peau afin de la rendre beaucoup plus élastique (pour cela, vous ne devez pas attendre le 6e mois, ce serait trop tard) en optant pour des soins anti-vergetures à raison de 2 fois par jour (matin et soir). Optez pour des massages douces sur les parties concernées avec votre crème ou de l’huile d’amande douce. Faites un gommage du corps au moins une fois par semaine (très doucement encore pour ne pas irriter votre peau fragile de femme enceinte). Évitez les bains trop chaudes pour ne pas entraver la bonne tonicité de la peau et donc limiter l’apparition des vergetures, les problèmes de jambes lourdes et de rétention d’eau pendant la grossesse. Pratiquez des activités physiques douces tous les jours telles que la marche… qui aide à éviter l’apparition de ces désagréments et préparer à l’accouchement. Enfin, optez pour des traitements sérieux tant que les vergetures sont rouges afin de les atténuer (lorsqu’elles deviennent blanches comme des cicatrices, les faire disparaître deviennent une mission impossible).

 

vergetures durant la grossesse
© Pixabay

 

#7 : L’essoufflement

Manifestations. S’il y a un mal courant et normal de la grossesse (donc pas de panique), c’est l’essoufflement. Ce petit maux touche près de 60% des femmes enceintes et constitue l’un des premiers signes de grossesse. Lors du premier trimestre de grossesse, l’essoufflement – ainsi que d’autres maux comme les nausées, la fatigue des suites d’un moindre effort – est dû aux hormones changeant complètement votre corps (pour ma part, je n’ai pas trop senti l’essoufflement durant les 3 premiers mois. Mais, depuis le 4e mois de ma grossesse, je commence à être essoufflée même pour un faux mouvement. Il fallait que je prenne ma respiration. C’est trop gênant et, des fois, épuisant quand ça m’arrive une fois allongée au lit). Les pros soulignent que :

« Dès le début de grossesse, on observe une augmentation du volume sanguin par dilution du sang. Le cœur doit donc travailler davantage pour pomper cet afflux sanguin, ce qui peut entraîner un léger essoufflement »

« L’essoufflement peut également être le symptôme d’une carence en fer (anémie ferriprive).mais pour arriver à un tel signe, il faut que l’anémie soit très importante »

Au cours du deuxième et troisième trimestres de grossesse, l’essoufflement se ressentira obligatoirement vers le 4e/5e mois jusqu’au 8e mois. Rien de grave, c’est dû à la taille de votre utérus qui ne cesse de grossir poussant ainsi votre diaphragme et « réduisant » la capacité pulmonaire. Pas étonnant que vous soyez essoufflés après un moindre effort physique surtout si votre prise de poids est importante.

Mais, comment le soulager ? Le gêne et l’inconfort suscités par l’essoufflement durant la grossesse peuvent être réduits en modérant vos efforts (surtout en fin de grossesse). Vous devez surveiller votre posture et garder votre dos bien droit afin de dégager vos poumons. En vous allongeant, utilisez un oreiller supplémentaire pour dormir en position assise. Pratiquez des exercices physiques pouvant réguler votre respiration comme la marche, la natation… Évitez la fumée secondaire nuisible à votre respiration et donc votre santé et celle de votre bébé. Réduisez autant que possible le stress et l’anxiété pouvant aggraver l’essoufflement en pratiquant le yoga ou la méditation. Pratiquez ce petit exercice :

  • Mettez-vous debout (ou allongés les jambes pliées).
  • Inspirez-vous en levant les bras au-dessus de la tête afin de bien libérer la cage thoracique.
  • Expirez-vous en ramenant les bras le long du corps.

Mais, à quel moment devez-vous vous inquiéter de votre essoufflement durant la grossesse ? Au cas où vous êtes asthmatique, vous devez prévenir votre médecin dès votre première consultation. Si l’essoufflement est accompagné d’une grande pâleur, des palpitations, des douleurs à la poitrine (ou dans un membre – par exemple le mollet en cas de phlébite) ou encore un gonflement de jambes, prévenez votre médecine. Si ce petit maux se manifeste au repos – durant la nuit ou sans réaliser le moindre effort – parlez-en à votre médecin.

 

essoufflement durant la grossesse
© Pixabay

 

#8 : Le saignement des gencives (gingivite)

Manifestations. Le saignement des gencives est un des petits maux de grossesse fréquent. En fait, il touche près de 6 femmes enceintes sur 10. C’est encore et toujours la faute aux hormones de grossesse qui provoque un gonflement et une inflammation des gencives, appelée gingivite. Ils se mettent ainsi à saigner quand vous brossez vos dents ou vous passez simplement du fil dentaire ou encore vous croquez des pommes… Ce désagrément est, des fois, le résultat d’une mauvaise manipulation de brosse à dent, d’un brossage trop agressif, d’une mauvaise utilisation de la soie dentaire… En outre, les pros soulignent que :

« Le plus souvent, ce saignement est le signe d’une maladie parodontale due à la plaque dentaire mal éliminée chaque jour. Ce qui contribue à la formation de tartre. Une inflammation des gencives a donc lieu faute des bactéries présente dans la plaque dentaire et la tartre.»

Mais, comment le soulager ? Même si le saignement des gencives est fréquent durant la grossesse, vous devez consulter votre chirurgien-dentiste (n’oubliez pas de lui informer que vous êtes enceinte) pour que ce petit maux n’évolue pas vers une parodontite. Non seulement la gingivite peut entraîner le déchaussement et la perte des dents, mais le risque d’accouchement prématuré, d’aggravation du diabète prénatal et des maladies cardiovasculaires. Sinon, vous devez bien prendre soin de vos dents en améliorant votre brossage, choisissant le dentifrice pour dents sensibles (pas question d’arrêter le brossage pour éviter le saignement) ou utilisant 1 à 2 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse (qui s’avère être un bon antibactérien et anti-inflammatoire). Votre médecin peut vous recommander des bains de bouche anti-sceptiques et opter pour un détartrage supra-gingival.

 

saignement des gencives durant la grossesse
© Pixabay

 

#9 : La fièvre (et le toux, le rhume, la grippe)

Manifestations. Une fièvre durant la grossesse n’est jamais anodine (vous ne devez pas la prendre à la légère, car elle peut être dangereuse pour le fœtus). Chez une femme enceinte au repos et dans un environnement normal, elle se définit par une température rectale à partir de 38°C. La fièvre pendant les 9 mois signale la présence d’une infection comme la listériose, les infections urinaires, l’infection ovulaire, les affections générales médicales (la toxoplasmose, la rubéole, la rougeole…), les pathologies chirurgicales (l’appendicite, la torsion d’un fibrome…) D’où, votre organisme, sentant attaqué par ces infections, se défend. Des contractions utérines, une accélération de la maturation du col de l’utérus et un déclenchement de fausse couche peuvent être causés par les substances chargées de lutter contre ces infections. D’où, la nécessité de consulter à temps votre médecin en cas de fièvre au lieu de vous dire « ça va passer » (c’est ce que j’ai dit quand j’ai eu la grosse fièvre accompagnée de toux en début du 4e mois. Mais, après quelques jours de résistance, j’ai dû la traiter avec l’Efferalgan Paracétamol en prise modérée). Il en est de même si vous avez un toux, un rhume ou une grippe qui dure un moment (votre système immunitaire est moins efficace étant enceinte, voilà pourquoi vous êtes plus vulnérable à ces infections).

Mais, comment les soulager ? La fièvre doit être traitée pour éviter les contractions utérines dès le 2e trimestre aboutissant à un accouchement prématuré. Pour cela, vous devez en parler au médecin qui suit votre grossesse. Pour faire baisser la fièvre, prenez du Paracétamol (sauf contre-indications médicales). Vous devez vous hydrater aussi suffisamment en buvant des boissons chaudes. Sachez que l’aspirine et l’ibuprofène sont contre-indiqués durant la grossesse.

 

fic3a8vre-durant-la-grossesse.jpg
© Pixabay

 

#10 : Le problème de sommeil et la fatigue

Manifestations. Les femmes enceintes sont souvent exposées à un sommeil perturbé et ressentent toujours de la fatigue face à un moindre petit effort. Leur sommeil varie ainsi selon le mois de grossesse. Durant le premier trimestre, les femmes enceintes – beaucoup plus fatiguée – a tendance à l’hypersomnie (un grand besoin de dormir) grâce au pouvoir sédatif de la progestérone agissant comme un somnifère naturel. En revanche, certaines femmes enceintes peuvent avoir des insomnies liées à l’anxiété du début de grossesse. Au deuxième trimestre, le sommeil s’améliore grâce au retour de l’énergie (des nuits paisibles avec des sommeils réparateurs d’une façon générale). Or, certaines femmes peuvent être exposées à un sommeil perturbé faute des tiraillement ou douleurs ligamentaires, car le ventre commence vraiment à s’arrondir durant cette période (c’est ce qui m’arrive en ce moment, je ne dors pas bien les nuits). Le dernier trimestre de grossesse, insomnies, crampes, impatientes dans les jambes, sensations d’inconforts (voire même douleurs), fréquente envie d’uriner, bébé bouge… font que le sommeil est très perturbé.

Mais, comment les soulager ? Les troubles du sommeil durant la grossesse sont surtout expliquées par les petits maux de grossesse, le manque d’activité physique, l’angoisse… Ainsi, vous ne devez pas hésiter d’en parler à votre médecin pour savoir les causes et bénéficier d’une orientation thérapeutique. Il peut vous conseiller, en outre, quelle meilleure position pour dormir enceinte ?

  • Essayez de vous étendre sur le côté gauche (position très conseillée durant le dernier mois de grossesse facilitant la circulation du sang dans votre corps, permettant de mieux respirer).
  • Glissez un coussin de grossesse ou d’allaitement entre vos cuisses pour vous soulager un peu du poids du ventre.

Envie d’autres astuces ? Prenez de la tisane le soir. Dînez léger en prenant le temps de bien digérer avant d’aller vous coucher. Douchez tiède et optez pour un petit massage ou un simple exercice de yoga…

 

problème de sommeil et fatigue durant la grossesse
© Pixabay

 

#11 : Le masque de grossesse

Manifestations. Les femmes enceintes doivent être vigilantes face à une exposition solaire qui peut provoquer une hyper-pigmentation de la peau. C’est le fameux masque de grossesse (chloasma ou mélisme) touchant près de 70% des femmes enceintes entre le 4e et le 6e mois. Il apparaît sur le visage se répartissant généralement sur le front, le nez, les pommettes, le menton, autour de la bouche voire sur les maxillaires (ces tâches sont beaucoup plus prononcées sur les femmes brunes que les blondes). Ces plaques pigmentées sont encore dues au pic d’hormones (particulièrement les œstrogènes) entraînant une augmentation de la mélanine. En vous vous exposant au soleil, la peau laisse apparaître des tâches des suites d’une hyper-pigmentation au niveau du visage. La bonne nouvelle ? Elles disparaissent au bout de 6 mois après l’accouchement (comme la ligne de grossesse sur votre ventre), mais faites quand même très attention à ne pas vous exposer au soleil.

Mais, comment le soulager ? C’est tout simple ! Évitez de vous exposer au soleil (essentiellement entre 11 et 16 heures) pour limiter l’apparition de masque de grossesse. Portez un grand chapeau et des lunettes de soleil pour protéger votre visage. Sinon, tachez d’appliquer une crème solaire sur votre visage durant les périodes ensoleillées. N’oubliez pas de vous hydrater en buvant beaucoup d’eau. Au cas où le chloasma persiste, pour le faire disparaître, vous devez appliquer chaque soir des crèmes médicamenteuses dépigmentantes prescrites par votre dermatologue. Et le jour, n’oubliez pas de protéger votre visage avec votre écran solaire (indice 60+). Réalisez aussi un peeling dépigmentant. A noter que le masque de grossesse peut aussi toucher les femmes non enceintes qui prennent des pilules contraceptives à base d’œstrogènes ou les hommes des suites d’une prise de traitement ostrogénique, par exemple pour le traitement d’un cancer de prostate.

 

masque de grossesse
©Pixabay

 

#12 : La fuite urinaire

Manifestations. Les émissions incontrôlées d’urine durant la grossesse ? Elles ne sont pas choses rares essentiellement vers le dernier trimestre. Ce petit maux de grossesse, fréquent chez les futures mamans (près d’1/3 de femmes enceintes), occasionne une légère perte d’urine des suites de rires, de toux, d’éternuements et d’efforts… Les causes ? La première c’est liée au poids de votre bébé sur votre vessie tout en exerçant une pression (au fur et à mesure où la grossesse se rapproche de sa terme). La seconde est due à l’affaiblissement musculaire. En fait, en se relâchant, les muscles de votre périnée perdent leur tonicité occasionnant ainsi une fuite urinaire. Ce petit désagrément survient vers le dernier trimestre s’il s’agit d’une première grossesse (pour ma part, c’est au début du dernier trimestre que je commence à la ressentir beaucoup surtout au petit matin sur le lit quand je commence à avoir un peu mal partout à force de m’allonger durant des heures et de tourner partout pour trouver la bonne position), mais beaucoup plus tôt pour les accouchements suivants. Il existe beaucoup de facteurs de risques comme les efforts violents, l’âge (la fuite urinaire augmente significativement avec l’âge), une prise de poids excessive, le tabagisme…

Mais, comment la soulager ? Rassurez-vous, car après l’accouchement, l’incontinence urinaire doit normalement passer. Il arrive, des fois, que ce petit maux persiste (après 6 à 8 semaines de la naissance de votre enfant) voire s’aggraver. Si tel est le cas, vous devez consulter votre sage-femme ou kinésithérapeute spécialisé afin de commencer la rééducation de votre périnée. Le but c’est de le retonifier grâce à différents exercices dirigés par ces pros. Si vous constatez lors de votre première grossesse que ce petit maux démarre trop tôt et d’une façon très importante, vous devez démarrer sans attendre la rééducation adaptée aux femmes enceintes.

 

fuite urinaire durant la grossesse
© Pixabay

 

#13 : Les démangeaisons

Manifestations. Ces (maudites !!!) démangeaisons durant la grossesse sont souvent sans conséquences sérieuses, mais avouons que c’est très désagréables et gênants ! Appelées aussi prurit, c’est une affection de la peau caractérisée par des picotements sur tout le corps (ou presque) : les seins, le ventre, les jambes, les pieds… ce qui donne une envie fréquente de se gratter. Ce petit maux de grossesse plus présent durant la nuit peut entraîner une insomnie. Les démangeaisons peuvent être dues à un bouleversement hormonal entraînant ainsi un dessèchement de la peau. C’est surtout au cours du dernier trimestre de grossesse que ça arrive au niveau des vergetures de l’abdomen. Dans des cas très rares, le prurit est causé par un mauvais fonctionnement du foie (au lieu d’être évacués dans la bile, les acides biliaires s’accumulent sous la peau) provoquant ainsi des démangeaisons au niveau de la paume des mains, des plantes de pieds et puis tout le corps au cours du dernier trimestre (dans ce cas, prévenez votre sage-femme ou gynécologue, car ce maux peut être dangereux pour le bébé pouvant provoquer un accouchement prématuré). La bonne nouvelle ? Les démangeaisons s’arrêtent spontanément quelques jours après l’accouchement

Mais, comment les soulager ? Effectuez une prise de sang pour déterminer si les démangeaisons sont d’origine hépatique ou non. En fait, un traitement à base de crème hydratante suffirait pour des démangeaisons dues à une sécheresse cutanée. Par contre, pour un prurit symptôme d’une cholestase gravidique, un traitement à base d’acide ursodésoxycolique est à suivre. Il permet de contrer l’accumulation des sels biliaires dans le sang et prévenir le risque de fausse couche.

 

dc3a9mangeaisons-durant-la-grossesse.jpg
© Pixabay

 

#14 : Les problèmes de circulation (crampes, jambes lourdes, varices)

Manifestations. Les problèmes circulatoires ? C’est un petit maux de grossesse très fréquent surtout durant le troisième trimestre. C’est encore la faute à la progestérone qui fait dilater les veines devenant ainsi plus fragiles et moins élastiques. En outre, la masse sanguine des femmes enceintes augmente près de 40% pour permettre la croissance du placenta et du fœtus. Ainsi, les veines (essentiellement celles de la cave inférieure) ont du mal à ramener du sang dans le cœur augmentant la pression. Les problèmes de circulation se manifestent par la sensation de jambes lourdes, les crampes, les fourmillements ou les impatiences. Les pieds commencent à enfler – avec des gonflements qui persistent même après une nuit de repos. C’est le signe d’un problème rénal à l’origine de l’apparition des varices sur les jambes ou au niveau de la vulve ou de l’anus (les hémorroïdes). C’est encore la suite d’une prise de poids très rapide et d’un manque d’activités physiques. Le risque d’attraper ce petit maux est de 23% lors de la première grossesse et passe à 31% à la quatrième.

Mais, comment les soulager ? Pour soulager les problèmes de circulation durant la grossesse, essayez de pratiquez régulièrement des exercices physiques modérés comme la marche, l’aquagym ou la natation. Évitez la prise de poids très importante en mangeant équilibré et varié. Favorisez le transit intestinal en buvant beaucoup d’eau et mangeant des aliments riches en fibres. Vérifiez que vos vêtements ne soient pas trop serrés pour ne pas couper la circulation. Ne restez pas debout ni assise trop longtemps. Troquez vos hauts talons à des chaussures plates…

 

problc3a8mes-circulatoires-durant-la-grossesse.jpg
© Pixabay

 

#15 : Les angoisses

Manifestations. Si la grossesse est source d’épanouissement et de plénitude pour certaines futures mamans, elle fait l’objet de craintes voire de dépressions et de tristesses pour d’autres. Les angoisses sont assez fréquentes chez les femmes enceintes liées surtout aux bouleversements hormonaux, à l’accouchement et à la venue du futur enfant. Or, les études récents montrent que :

« Les angoisses durant la grossesse peuvent avoir un impact sur la grossesse et le bébé »

« Le stress maternel pouvait être associé à certaines pathologies »…

En fait, le cortisol – l’hormone du stress passant sur la barrière placentaire – peut se retrouver en plus ou moins grande quantité dans le sang du bébé. Rassurez-vous, car il y a certains stress du quotidien sans risque pour la grossesse comme le stress d’adaptation (pas du tout négatif, car c’est celui qui survient après que vous appreniez votre grossesse) et le stress émotionnel très fréquent durant la grossesse (générant de la tension, de la peur et de l’irritabilité). Attention toutefois, car certains stress peuvent avoir des impacts aux futures mamans (et le fœtus) comme le chômage, les problèmes familiaux ou conjugaux, le deuil, les accidents… Ces angoisses peuvent causer un accouchement prématuré, un retard de croissance, un petit poids à la naissance… Enfin, le bébé peut s’exposer à un risque pathologique lié à certains stress comme le montre certains études :

« Les bébés dont la mère a vécu un événement particulièrement angoissant durant la grossesse ont un risque accru de développer de l’asthme et de l’eczéma »

« Le stress de la maman peut générer des troubles dans la régulation du système nerveux du fœtus »…

Mais, comment les soulager ? Le plus important c’est d’accompagner la future maman pour diminuer ces craintes durant la grossesse, mais non pas essayer de la culpabiliser (ça ne fait qu’augmenter ses angoisses). Le premier des traitements reste la parole. Vous devez essayer de bien vous occuper d’elle… Les futures mamans doivent aussi pratiquer des activités pouvant aider à atténuer leurs craintes comme le yoga prénatal, l’hypno thérapie, l’acupuncture…

 

angoisses-durant-la-grossesse.jpg
© Pixabay

 

Astuces pour une grossesse sereine malgré ces petits maux !


 

Malgré les petits maux de grossesse, sachez que vous pouvez vivre sereinement et avec épanouissement les trois trimestres. Eh bien, je ne vais plus trop m’attarder là-dessus, car c’est déjà hyper loooooong. En fait, rien de tel que de retenir quelques astuces pour une grossesse sereine :

  • Enceinte, entretenez votre corps et votre vitalité. Constituez votre garde-robe de grossesse, restez active en pratiquant régulièrement des activités physiques douces, mangez varié et équilibré…

 

A lire aussi :

Guide pour constituer la garde-robe de grossesse : mes 10 indispensables !

Guide sur les aliments conseillés et interdits durant la grossesse

Sports et activités physiques autorisés durant la grossesse

 

  • Enceinte, prenez soin de votre peau et vos cheveux. Privilégiez les produits naturels et hydratez habituellement votre peau et vos cheveux sublimés par la grossesse.

 

A lire aussi :

Dossier conseils beauté pour femme enceinte : mes 4 astuces !

 

  • Enceinte, informez-vous et acceptez d’être accompagnée. C’est de la sorte que vous découvriez les étapes de développement de votre corps – qui subit des changements – et celui de votre bout ‘d’ chou. Un bon accompagnement vous évite de vous sombrer dans des angoisses durant la grossesse.
  • Enceinte, favorisez votre confort. Le but c’est de vous sentir bien dans votre nouveau corps de femme enceinte au quotidien via de bons gestes, de bons équipements comme le coussin d’allaitement, la ceinture dorsale…
  • Enceinte, gardez le moral lors du dernier trimestre. Procédez à des exercices de préparation à l’accouchement.

 

vivre sereinement la grossesse malgré les petits maux
Malgré ces petits maux, vivez sereinement votre grossesse ! © Pixabay

 

Mots de la fin…

Toutes les femmes enceintes (ou presque) vivent quotidiennement avec la présence de petits maux de grossesse. Ils peuvent être des maux sans gravité comme les nausées et vomissements, l’acné, la fréquente envie d’uriner… ou des bobos non négligeables comme l’hypertension artérielle gravidique, le diabète gestationnel… Or, pour vivre sereinement les neuf mois, rien de tel que d’adopter certaines astuces : essayez d’entretenir votre corps et votre vitalité, prenez soin de votre peau et vos cheveux, informez-vous et acceptez d’être accompagnée, favorisez votre confort et surtout gardez votre moral durant le dernier trimestre.

 


Prochaines publications :

  • Et si nous parlions de la sexualité durant la grossesse…
  • Quelques conseils et astuces pour bien voyager enceinte
  • Quand commencer à acheter les affaires de bébé ?
  • Comment et quand préparer la valise de maternité ?
  • Comment bien choisir le prénom du bébé ?

 

Quels petits maux de grossesse ont surtout marqué (marquent surtout) votre vie de femme enceinte ?

Bisous ❤

Anita

4 commentaires sur « Malgré les petits maux de grossesse, vivez sereinement les 9 mois ! »

  1. ah la la j’ai connu pas mal de petits maux durant mes grossesses, les démangeaisons, les ballonnements et il faut vraiment faire attention à ce que l’on mange, comme le masque de grossesse, sans m’exposer au soleil, je devais faire me protéger au maximum, par contre je n’ai jamais eu de vergetures mais je mettais de la crème anti-vergetures tous les jours dès le 4ème mois, c’est un investissement mais ça a été efficace, et puis quand arrive la fin du 8ème mois on a hate que bébé arrive ! biz

    Aimé par 1 personne

Allez ! Ecrivez-moi ce que vous en pensez...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s