Depuis mon retour au naturel, je suis « afro-seument » bien dans ma tête :)

Coucou les filles, je suis très heureuse de vous retrouver pour vous parler de mon retour au naturel, un choix capillaire que j’adopte depuis quelques mois.


 

Ce n’est pas par symbole de militantisme mon retour au naturel, c’est juste par souci de mode (pas pour m’adhérer à la communauté de Nappy girl non plus). La transition capillaire n’était pas trop compliquée pour moi, car j’ai alterné des tresses avec rajouts types box braids et des soins lissants temporaires. Comme je n’ai jamais abusé du défrisage auparavant, j’ai pu échapper au big chop que ce soit radical ou en partie, car y’ avait aucunes pointes défrisées à éliminer. Jusqu’à ce que je me lasse de cette nouvelle texture (rassurez-vous, ce n’est pas pour la vie), je me réjouis d’apporter beaucoup plus de soins naturels à mes cheveux.

 

A lire aussi :

Tresse africaine et… à la malgache, pour se faire belle

 

Comment s’est passé ma transition capillaire avant le retour au naturel ?


 

Ma transition capillaire s’est très bien passée. J’ai pu revenir facilement au naturel sans se faire couper mes cheveux (juste tailler deux ou trois fois des petites centimètres de pointes défrisées qui s’accrochent encore aux longueurs de mes cheveux, en l’espace de quelques mois). J’ai choisi d’opter pour des soins lissants temporaires et des tresses avec rajouts types box braids.

 

Qu’est-ce qu’on entend par transition capillaire ?

La transition capillaire n’est rien d’autre que la période durant laquelle les cheveux vont devoir se réhabituer à vivre au naturel. Or, mettre vos cheveux au bio veut dire proscrire les soins capillaires renfermant des silicones ou des ammoniums quaternaires. En fait, ces éléments sont très présents dans les produits conventionnels que vous utilisez pour accentuer la brillance de vos cheveux comme les démêlants… Ils donnent l’impression de la vitalité de votre chevelure, mais ils forment une couche qui étoffe les cheveux (ce qui donne des touffes très ternes et cassantes). A long terme, ils nuisent à la santé de vos cheveux. Ce qui fait que pour une transition capillaire saine, exit les silicones et quats dans vos masques et après-shampoing. Vous devez privilégier les soins capillaires naturels comme les produits à base d’huile végétale, d’extrait végétal… Or, une transition capillaire réussie nécessite de :

 

1. Bonnes habitude à adopter

(i) Si durant la transition capillaire, vous êtes amenés à utiliser, quelques fois, un appareil chauffant comme le sèche-cheveux ou le fer à lisser (d’ailleurs, c’était mon cas), vous devez éloigner votre appareil des racines de vos repousses.

(ii) Vous devez éviter l’usage excessif de shampoing (au maximum une fois par semaine comme mon cas au tout début de la transition) pour ne pas gêner l’hydratation naturelle de votre cuir chevelu.

(iii) Vous devez privilégier les produits naturels et proscrire les produits chimiques de défrisage ou de coloration pour réussir votre transition.

(iv) Vous devez prendre soin de votre cuir chevelu à l’aide de massages réguliers, car ceux-ci apportent un coup de boost à la repousse naturelle (en utilisant l’huile d’olive ou d’avocat).

 

2. Coiffures à respecter

(i) Vous devez couper les pointes abîmées/fourchues/cassantes/défrisées de vos cheveux (pour ma part, même si je n’ai pas de pointes défrisées, je coupe les bouts de mes cheveux une fois par mois au début histoire de bien favoriser la repousse). Vous verrez qu’il ne restera plus que des repousses fraîches sur votre tête.

(ii) Si durant la transition capillaire, vous avez recours à des tresses, n’acceptez pas les tresses africaines trop serrées. Celles-ci ne font que favoriser davantage les casses. Vous devez exiger des nattes relâchées (comme les tresses classiques que j’ai adoptées durant quelques mois ou tresses vanilles appelées « twists » ou encore le bantu knot out qui permet de bien aérer vos cheveux). C’est de la sorte que vous réussiriez la transition tout en étant restés branchées.

(iii) Vous ne devez pas toucher aux nouvelles repousses en adoptant vos tresses. Elles doivent être protégées par des bandeaux ou foulards contre les différentes agressions.

 

3. Produits capillaires spécifiques à préférer

(i) En cherchant vos soins et produits capillaires, vous devez penser bio, mais surtout à des produits qui favorisent l’hydratation. Pour cela, vous devez priser la technique du vapo (mélangez l’eau minérale avec de l’huile végétale et de l’huile essentielle dans un vaporisateur).

(ii) Pour vous faciliter la vie durant la transition, vous devez privilégier les shampoings et après-shampoings très hydratants (par exemple des produits capillaires à base d’aloe vera, cholestérol, jojoba, kératine…) pour hydrater les racines de vos cheveux et discipliner vos longueurs.

(iii) Avant vos shampoings, appliquez des produits à base d’huile essentielle sur vos cheveux.

 

4. Régimes alimentaires à suivre

(i) Vous devez consommer des aliments riches en vitamine A, D, acide gras et protéines comme poissons, champignons, œufs, matières grasses végétales, lait, yaourt, légumes, fruits, produits laitiers, céréales, pâtes, pains, volailles, poissons, crustacés, viandes, fromage, légumineuses, graines, beurre, crème…

(ii) Essayez de boire au minimum 1,5 litres d’eau par jour.

 

Mes soins lissants temporaires avant le retour au naturel

 

fer à lisser_retour au naturel
Transition capillaire aidée par le fer à lisser Philips

 

Vous allez me dire que le but de la transition capillaire n’est-ce pas d’éliminer les parties défrisées des cheveux donc pourquoi avoir encore recours aux soins lissants ? Je vous rassure que ces soins lissants temporaires, une des options de la transition capillaire, n’ont rien à voir avec le défrisage, le lissage brésilien, l’assouplissant et j’en passe… Le but c’est juste de dé-densifier le volume de mes cheveux bouclées naturelles et avoir plus de longueur en demandant le coup d’ main de mon fer à lisser.

 

Pas question de torturer mes cheveux en phase de soin naturel, mais juste histoire de bloquer son hydratation interne. Pour cela, j’applique mes shampoing et après-shampoing pour clarifier mes cheveux. Et pour renforcer ma fibre capillaire, j’utilise mon spray à base de kératine ou d’acide aminé. Une fois mes cheveux bien préparées, j’opte pour le lissage avec mon fer Philips en mettant le bon réglage. Mes cheveux sont dé-densifiés avec une structure interne non modifiée. Je l’ai utilisé une fois par mois durant ma transition capillaire faisant attention à ce que cet appareil chauffant ne touche pas les racines de mes repousses.

 

Mon recours aux tresses avec rajouts types box braids

 

tresse africaine type box braid
Transition capillaire avec tresse africaine type box braid

Pour une transition capillaire bien réussie, j’ai adopté aussi les tresses avec rajouts pouvant conserver le plus longtemps possible mes soins. De la sorte, mes cheveux sont renfermés sur eux-mêmes évitant ainsi les frottements entre eux, l’apparition des boucles difficiles à détacher… Pour bien dormir avec une telle coiffure protectrice, essayez le bantu knot out, les nattes, les vanilles, les tresses tendues au fil. Or, vous pouvez garder deux ou trois semaines vos tresses avec rajouts types box braids (pour ma part, j’ai eu du mal à les conserver plus d’une semaine, c’est fou ce que ça me gratte), mais aussi vos fausses locs, vos crochets braids, vos tissages et perruques…

 

Attention toutefois, car ces coiffures protectrices adoptées durant la transition capillaire peuvent se transformer en coiffures destructrices. C’est au cas où vous tressez vos baby hair (les petits cheveux du devant que sont des nouvelles repousses qui sont très fragiles. Vous risquez même de devenir chauve), vos tresses sont trop serrées/trop petites/trop plaquées et tirées, vous laissez durer vos tresses un mois voire plus… Enfin, vous devez entretenir votre coiffure protectrice en lavant vos box braids avec du shampoing et les sécher (à raison d’une fois seulement sur les mêmes tresses pour éviter qu’une odeur désagréable se dégage. Je n’ai pas eu besoin de le faire comme je n’ai jamais laissé mes tresses plus d’une semaine). Les filles qui choisissent les tissages et perruques n’ont qu’à les entretenir avec de l’huile dans le but de conserver leur brillance, texture et tonus. Votre coiffure protectrice doit aussi être hydratée avec un vapo ou une huile en l’appliquant sur toute la longueur.

 

Comment ai-je pu échapper au big chop avant mon retour au naturel ?


 

C’est vrai que j’ai lissé mes touffes de temps en temps histoire de changer mes cheveux bouclées naturelles en cheveux lisses (même si, la plupart du temps, le rendu ne dure pas très longtemps). Du coup, avant mon retour au naturel, j’ai pas eu besoin d’avoir recours au big chop. En fait, j’ai pas eu des pointes défrisées à éliminer comme je n’ai jamais abusé du défrisage.

 

Mais c’est quoi le big chop ?

Le « big chop » ou la « grande coupe » consiste à couper vos cheveux d’une façon totale ou partielle. Cette technique se fait avant le retour au naturel si les pointes de vos cheveux sont défrisées et qu’une simple transition capillaire ne suffise pas à retrouver vos vrais cheveux crépus. C’est une décision à ne pas prendre à la légère, car rien qu’à l’entendre, ça fait frissonner (je sais pas vous) et c’est décourageant j’avoue. Tout de même, les filles qui avaient longtemps abusé des défrisages et qui veulent adopter un retour au naturel sain sont obligées d’y passer. Il consiste donc à tout couper d’un coup, je veux dire brusquement pour éliminer toutes les parties défrisées des cheveux.

Le big chop a quand même ses côtés positifs, car c’est un moyen de revenir plus rapidement au naturel. En fait, la nature de cheveux des filles adoptant d’une façon permanente le défrisage est modifiée. Du coup, pour que leurs cheveux retrouvent leur état naturel, qui ne vient pas par magie ou par claquement de doigt, la grande coupe s’avère la seule issue. Leurs cheveux repoussent très vite (ce qui n’est pas évident pour la plupart de cheveux très très crépus) et naturellement. Or, la coupe à la garçonne issue du big chop rime, généralement, bien avec les cheveux afro.

 

Entre big chop total et semi big chop, que choisir ?big chop total

Le big chop total est le dernier espoir pour celles qui ont des cheveux abîmés et qui ne peuvent plus être sauvés. Donc comme l’indique son nom c’est le fait de couper la totalité de cheveux crépus, frisés, bouclés. Vous devez demander le coup d’ main du pro en la matière au lieu de le réaliser vous-mêmes, car c’est le point de départ de votre retour au naturel (si jamais ce début se passe mal, vous risquez de le regretter). Au cas où vous choisissez de faire votre big chop vous-mêmes, le mieux c’est de l’effectuer sur des cheveux mouillées (c’est de la sorte que vous arriveriez à distinguer clairement la limite entre les deux textures de vos cheveux : les pointes défrisées et les repousses crépues) en les divisant en 4 sections. Vous verrez qu’après ce big chop total, la texture de vos cheveux change petit à petit avant le retour définitif au naturel. N’oubliez pas d’apporter les soins nécessaires en hydratant fréquemment vos cheveux qui restent 🙂

 

semi big chop.jpg

 

 

Quant au semi big chop, il est conseillé si les pointes de vos cheveux sont défrisées. C’est une option pour les moins audacieuses tout en coupant la longueur et laissant une petite repousse. Le même procédé que le big chop radical doit être suivi.

 

 

 

Après avoir big chopper vos cheveux (ou leurs pointes) abîmés, apportez-en des soins essentiels comme des masques légers, des sprays activateurs, des bains d’huiles, des shampoings nourrissants, des démêlages avec des crèmes ou baumes nourrissants… Pour rester toujours aussi girly, accessoirisez votre coupe courte avec des boucles d’oreilles oversize, des bijoux de tête, des curls…

 

Ouf ! J’ai pu échapper au big chop (ce grand méchant loup 🙂

Je n’ai pas eu besoin de recourir au big chop comme je n’ai jamais eu de problèmes de pointes défrisées ou abîmées. En fait, j’ai jamais utilisé un produit de lissage à mes cheveux (genre lissage brésilien). Je me suis toujours juste contentée de simple lissage avec du brushing et du fer à lisser chez ma coiffeuse (et des fois, j’effectue des coups de peigne chez moi avec mon propre fer). Donc j’ai pu préserver la texture naturelle de mes cheveux durant toutes ces années sans les abîmer (de toute façon j’ai les cheveux bouclées naturelles qui ne sont pas trop crépus). Du coup, en choisissant ce fameux retour au naturel, j’ai pas eu besoin de recourir à une coupe radicale ou à moitié. Je me suis juste débarrassée de quelques centimètres de pointes à raison d’une fois par mois pour favoriser la repousse de mes cheveux, avoir un peu plus de volume ainsi qu’une belle texture (comme j’ai pas de cheveux trop volumineux, mais mi-longue). Bref, j’ai opté pour la transition longue, mais non pas pour la grande coupe.

 

Comment bien entretenir mes cheveux au naturel ?


 

Mon retour au naturel n’a pas seulement pour but d’avoir de beaux cheveux, mais surtout de cheveux sains. Ce qui fait que depuis quelques mois, j’ai adopté une routine capillaire spécifique :

(i) Lavage des cheveux en adoptant la « méthode Low Poo ».Pour que le retour au naturel se déroule bien, j’ai amoindri la fréquence d’utilisation de shampoing, par exemple à raison d’une fois par mois en ne lavant mes cheveux que si nécessaire (j’utilisais le shampoing une fois par semaine au début, mais là, ce n’est plus pareil). Je mise sur des shampoings sans alcool et sans silicone.

(ii) Soin après-shampoing pour bien hydrater, réparer et faciliter le démêlage de mes cheveux. J’ai privilégié des produits plus nourrissants à appliquer au moins une fois par semaine au début de ma routine capillaire, mais après, j’ai du diminuer cette fréquence.

 

peigne à dents larges
Démêlages mèche par mèche facilité par une peigne à dents larges

 

 

(iii) Bien démêler les cheveux en usant tout simplement de mes doigts ou d’une peigne à larges dents. Je tâche de ne jamais manipuler mes cheveux à secs pour pas les casser. J’essaie de les coiffer mouillés ou opter pour des démêlages mèche par mèche lors du pause de l’après-shampoing essentiellement.

 

 

 

produits capillaires bio
Huile coco, bon pour les cheveux

(iv) Nourrir les cheveux de la racine à la pointe surtout les bouts qui s’avèrent les plus vulnérables. J’essaie de bien les traiter avec des hydratants naturels tous les 2 jours en composant moi-même de l’eau de source, de l’huile végétale (amande douce, olive, jojoba, monoï, ricin…) et de l’huile essentielle dans un vaporisateur. Je n’hésite jamais durant ma routine à couper des pointes trop fragilisées pour qu’elles n’atteignent pas la longueur. Pour cela, j’opte pour des nattes façon « twist » càd 2 mèches ou braids càd 3 mèches pour bien les couper.

 

(v) Prendre soin du cuir chevelu via des massages (masser ne veut pas dire frictionner, donc attention. Pour cela, ne bougez pas vos doigts durant le massage) pour faire disparaître les rougeurs et les pellicules (surtout pour celles qui ont abusé des défrisants). Je mise sur un lait riche en végétaux hydratants pour favoriser la pousse.

(vi) Utiliser le fer à lisser (pour ma part, ou le sèche-cheveux) à faible puissance pour ne pas casser les cheveux. Mon but en ayant recours à ces appareils c’est de donner de la longueur à ma chevelure au naturel sans l’abîmer.

 

foulard en soie
Foulard en soie pour protéger vos cheveux naturels la nuit

 

(vii) Protéger vos cheveux la nuit en dormant en privilégiant un foulard et un taie d’oreiller en soie (pourquoi pas un Carré Hermès ?) En fait, le foulard en coton risque d’absorber les éléments hydratants de vos cheveux quitte à les rendre encore plus secs. Avec un foulard synthétique, vous risquez de transpirer et donc de perdre l’hydratation de votre touffe.

 

 

 

 

J’ai mes bonnes raisons de revenir au naturel !


 

Ce qui est sûr c’est que c’est pas pour la vie ce retour au naturel, mais juste une façon de bien entretenir mes cheveux bouclés naturels pendant un certain temps. J’ai mes bonnes raisons en ayant recours à ce soin capillaire :

(i) J’ai des cheveux plus sains (mais qu’est-ce que ça brillent mes touffes). Je sens qu’ils ont retrouvé leur souplesse et vitalité.

(ii) J’ai des cheveux plus doux au toucher.

(iii) J’ai retrouvé un beau volume.

(iv) J’ai des cheveux plus forts et résistants face aux différentes agressions extérieures.

(v) Je peux adopter de nouvelles coiffures autant que je veux. Eh oui, au gré de mes envies, je peux tout le temps changer de tête.

(vi) Ça ne demande pas trop de temps de coiffage (même s je suis encore une heure devant le miroir le matin 🙂 et d’entretien surtout avant de dormir.

(vii) Je dépense moins en troquant mes produits chimiques à des produits capillaires naturels. Je peux même concocter moi-même mes produits avec des ingrédients naturels bons pour mes cheveux.

(viii) Je peux mettre en avant ma beauté naturelle.

(ix) La coiffure afro, c’est hyper tendance ces dernières années.

 

retour au naturel 3
Tout simplement parce que mon chéri ❤ adore mes cheveux naturels

 

 

 

(x) Je me sens « afro-seument » belle et bien dans ma tête en adoptant cette nouvelle texture.

 

 

 

 

Après avoir pris soin de mes touffes naturelles ce jour-là (j’ai encore coupé des bouts de plus de 5 cm), j’ai demandé à mon chéri ❤ de me prendre quelques photos histoire de vous montrer mes jolies boucles naturelles. Même si dans mon île, le temps change petit à petit (nous sommes encore en automne, avec beaucoup de vent ces derniers jours), nous avons encore droit à des timides rayons de soleil. Du coup, j’ai sorti mon combo-pantacourt violet avec mes escarpins noirs. Enjoy !

 

retour au naturel 2

retour au naturel 1

Jpeg

Jpeg

retour au naturel 3

Jpeg

Jpeg

 

Mots de la fin…

Pour mon retour au naturel, la transition capillaire n’a duré que quelques mois et ça s’est très bien passée. En fait, j’ai eu recours à des soins lissants temporaires avec du fer à lisser en faisant attention à ne pas toucher les racines de mes cheveux (c’est juste histoire d’avoir une belle longueur et dé-densifier mes cheveux naturels). En outre, j’ai adopté des tresses avec rajouts types box braids, des coiffures protectrices pour bien conserver les soins que j’apporte à mes cheveux. J’ai pu échapper au big chop, car comme je n’ai jamais abusé des défrisages, je n’ai pas eu des cheveux abîmés. J’ai juste coupé quelques centimètres de bouts chaque mois pour favoriser les repousses naturelles. Maintenant, j’entretiens mes cheveux avec des produits naturels bien évidemment pour des touffes plus saines.

 

Comment s’est passé votre retour au naturel ? Sinon, cette tendance capillaire vous tente-t-elle ?

Bisous ❤

Publicités