Quand Femme & Infos est en mode Slow Blogging…

Coucou les filles, je suis très heureuse de vous retrouver pour vous parler d’une tendance qui fait rage sur la blogosphère : le slow blogging.


Je dois vous avouer une chose. Depuis que #FemmeEtInfosAUnAn, je suis devenue une « nouvelle blogueuse ». Nouvelle dans le sens que je suis consciente (je la suis de plus en plus) qu’en bloguant, il fallait privilégier la QUA-LI-TE à la quan-ti-té. Mon rythme de bloguer change depuis, car mon bébé blog a adhéré au Slow Blogging (la cadence prendra surement une autre tournure quand mon chéri ❤ sera à mes côtés, car j’ai lui et notre nid d’amour à bien m’occuper). Bref, ma façon de consommer les blogs amis, les réseaux sociaux (d’ailleurs je ne suis pas trop social network faute de temps) et aussi ma manière de produire des contenus ont changé dès lors.

 

Envie de tout savoir sur le Slow Blogging ?

© credit photo Pixabay, arrangement sur Paint

 

Ça fait un petit moment que je n’ai pas nourri ma rubrique Blogging entre filles et j’avoue que ça m’a trop manqué. Ce n’est pas par coup de tête que l’idée de parler du slow blogging m’est venue à l’esprit, mais ça fait un moment que j’ai envie d’aborder ce sujet qui est devenu à la mode sur la blogosphère. Au début, je tiens à vous rassurer que même si je blogue slow, il n’est pas question pour moi de laisser mon bébé blog pendant des semaines voire des mois sans donner aucune trace. Si jamais tel sera le cas, je vous avertirai via un post spécial que « de xxx à xxx je serais absente à mes grands regrets ».

Lorsque Femme & Infos a eu un an, je ne me reconnaissais plus dans ma façon de bloguer d’avant, car c’était juste des courses aux likes et des compétitions entre blogs… même si ce n’était pas forcément ma vision de bloguer. Autrement dit, je me suis convertie au slow blogging tout en bloguant sans contraintes (c’est de la sorte que je garde ma liberté), en ne devenant plus pas l’esclave de mon blog, en pensant plaisir et non-gain (comme ça, je ne me perds pas en cours de route même si j’avoue que ça fait un bien fou de recevoir des petites sommes de la part des partenaires ou des petits cadeaux), en restant la plus vraie possible (c’est-à-dire en donnant mes avis sincères sur tel ou tel sujet) et especially profitant du bonheur simple de la vie (essentiellement avec ma famille) et prenant du temps pour moi-même (et, dans peu de temps, pour mon amour).

Ceci étant, de nombreux objectifs tournent autour de cette nouvelle tendance tendant à dominer la blogosphère essentiellement le fait de considérer le blogging comme un loisir, prendre du temps pour soi (je peux, maintenant, vivre sans toucher à mon blog quand je suis en congé de 10 jours ou en week-end, chose impossible auparavant), abandonner la course aux « j’aimes » (ouf ! J’ai dépassé cette phase), suivre l’évolution des statistiques du blog sans que ceci devienne une obsession, tout faire pour que le blog ne ressemble pas à un « panneau de publicité », délaisser la présence à tout va sur les réseaux sociaux, se fixer des objectifs d’amélioration de qualité, de contenus, de design, d’échanges (mais non pas de visites, de nombre de publications, de partenariat)

Je m’attarde, depuis, sur trois objectifs majeurs (du moins, à mes yeux), entre autres :

  1. Bloguer moins tout en bloguant mieux. Autrement dit, vous devez préférer la qualité à la quantité pour survivre et durer dans le monde blogo. C’est la clé pour retrouver un blogging beaucoup plus qualitatif.
  2. Bloguer quand l’envie est là, mais aussi la disponibilité (par rapport aux études, au travail, à la vie de famille… Je suis, maintenant, plus disponible que jamais à bloguer régulièrement face à ma vie de célib’, mais d’ici peu, ce ne sera plus le cas lorsque je ne vivrai plus solo haha) et l’inspiration (vous devez vous laisser guider par celle-ci sinon vos lecteurs le sentiront en lisant votre billet).
  3. Se faire plaisir, tout simplement, en bloguant (c’est ce que je ressens avec mon bébé blog en ne forçant plus les choses).

Comment bien reconnaître que vous êtes au cœur de cette tendance blogesque ? Eh bien, vous avez la sensation que quelque chose vous empêche de trop dépenser du temps sur votre blog au profit d’autres trucs plus personnels et professionnels. Du coup, quand vous avez le temps, vous écrivez avant tout par passion sur un sujet qui vous inspire (et qui ne sort quand même pas de votre thématique ^^^^ bien que la plupart des blogs, avouant suivre cette tendance, disent le contraire) au moment où cela vous inspire bien évidemment. En gros, vous n’écrivez/ne publiez un post (avec des contenus uniques) que si vous estimez qu’il apporte des valeurs ajoutées aux lecteurs…

 

Que des avantages pour votre blog en optant pour le slow blogging

© credit photo Pixabay, arrangement sur Paint

 

Inutile de le répéter encore une fois que Ça fait quelques mois que je ne me force plus quand je suis ici, que je ne partage plus que des billets fort intéressants (du moins c’est que j’ai toujours essayé de faire depuis le début de mon aventure sur Femme & Infos), que je n’écris que quand j’ai envie… Juste après 20 mois de blogging, sans pause de longue durée ni surmenage bloguesque (ce que je prie de ne jamais arriver du moment que je me fais plaisir en bloguant), j’ai réussi à franchir le pas de choisir le rythme qui me convient sans pour autant me culpabiliser (car mon boulot marche à merveille, j’ai le temps de faire un saut de quelques minutes sur mon blog presque tous les jours ^^^^ même si c’est pour lui dire bonjour… et… au revoir seulement ^^^^ et visiter régulièrement des blogs amis si le peu de temps le permet bien sûr). Mais, en lisant de nombreux blogs sur ce sujet, je ne suis pas d’accord que bloguer d’une façon slow renvoie à délaisser le référencement naturel. Pour mon cas, c’est tout le contraire, je blogue avec plaisir tout en ne mettant pas à l’écart le respect de SEO (chacun sa façon de voir les choses et faire les choses). Et c’est devenu une vraie passion pour moi tout en ne se fermant pas trop dans les thématiques principales qui définissent mon blog (mode, beauté et études), mais l’enrichissant avec de nouvelles rubriques au fur et à mesure où l’idée se présente (par exemple ma rubrique Blogging entre filles…)

Tout ce parcours m’a renvoyé à quoi selon votre avis ? Tout d’abord, opter pour le slow blogging me permet de bien me concentrer sur mon travail, de profiter de mon week-end avec ma famille (mais plus devant le PC comme avant ^^^^ heureusement que mon mini Asus a rendu son âme bien que les spécialistes en la matière me disent le contraire. Je lui laisse reposer en paix pour le moment bien que j’ai des documents importants à récupérer absolument dans son mémoire), de parler à tout moment à distance avec mon chéri ❤

Et pas que, car je n’ai plus aucune contrainte de :

  1. Publication. Or, lors de la naissance de mon bébé blog, je n’arrive pas à dormir la nuit si je n’ai pas pu écrire un post à publier le lendemain au travail. C’était devenu comme une drogue pour moi (vous pouvez constater vous-même en scrollant les archives de mon blog qu’en décembre 2015 c’était la folie… mais, maintenant, je suis guérie). En fait, j’ai dépassé avec succès ce stade étant conscient que l’essentiel c’est de ne pas priser la quantité, mais assurer la Qualité.
  2. Partenariat avec les marques (je n’ai pas trop senti cette contrainte depuis que j’ai blogué en septembre 2015 jusqu’au jour d’aujourd’hui. D’ailleurs, je n’ai collaboré jusqu’à ce qu’avec une petite liste de partenaires).

Mon blog, à seulement moins de 2 ans d’existence, n’atteint pas encore son âge de raison. Tout de même, j’essaie de faire de mon mieux derrière l’écran. Et, cette stratégie de slow blogging c’est ce que je trouve de mieux à l’instar d’autre chose qui peuvent améliorer ma façon de bloguer. En fait, depuis que j’ai adopté cette tendance, mon blog gagne en :

  1. Créativité (avant, quand j’ai tenu cette maudite fréquence de 1 post/jour, je n’ai même pas eu le temps de créer des trucs sympas pouvant vous faire plaisir comme le cas de DIY… Mais, depuis que j’ai réduit ma publication pour assurer une qualité impec, je me sens beaucoup plus créative).
  2. Enthousiasme (enthousiaste, je la suis quand j’écris mes posts. Et, je sens une émotion puissante envahir mon cœur en lisant vos retours aux posts que je publie. Et, des fois, si je ne réponds pas à vos commentaires, ce n’est pas que je ne suis pas réactive/pas contente, mais faute de teeeeeemps. Rassurez-vous !).
  3. Inspiration. Ça, inutile de le développer, car vous me faites toujours des remarques positives là-dessus (et ce n’est pas l’inspiration qui me manque, ha ha).

En gros, le slow blogging renvoie à divers avantages contrairement au Blogging intense. Donc, réfléchissez-en bien ! Tout ça fait un bien fou,  me fait oublier les quelques stress de la vie pro et perso. Donc, je suis toujours partante pour la suite de cette aventure en ne privilégiant que mon plaisir à bloguer. Autrement dit, je vais me lâcher prise pour mieux profiter de ma vie personnelle et ne parler sur mon blog que des trucs qui me tiennent à cœur tout en respectant la règle de référencement (je ne veux pas être pénalisé par le géant Google, voilà pourquoi et évidemment gagner en visibilité).

 

Slow Blogging : pour contrer… l’addiction au blog

© credit photo Pixabay, arrangement sur Paint

 

Ça existe l’addiction au blog ? Oui, ça existe ! Son principal symptôme ? Le blogging intense. Ensuite, la maladie s’aggrave et la victime finit par devenir accro au blog (heureusement que le Docteur a dépisté et traité à temps Femme & Infos sinon ça aurait été pire…) Vous vous demandez peut-être comment se manifeste l’addiction au blog ? Eh ben, comme toute petite habitude dont nous ne pouvons pas nous passer, l’addiction au blogging est plutôt positive, car elle nous mène à la créativité, apporte de l’inspiration, renvoie au partage, amène à la découverte… En outre, celle-ci permet de s’ouvrir, de se cultiver et d’échanger… au monde blogo que nous vivons.

Cette addiction n’arrive pas par hasard, car – avouons-le – le blog et la blogosphère sont deux univers en perpétuel mouvement très attirants. De l’inspiration en voulons-nous ? En voilà ! Il suffit d’y fourrer le nez en tant que simple lecteur ou blog débutant et le mal est déjà fait, car ils ne nous lâcheront plus. Au début de mon aventure ici, j’ai été atteinte de l’addiction aux publications et aux lectures, heureusement que ça s’est atténué (mais, ça m’a bien aidé à oublier un grave problème qui s’est passé dans ma vie perso, car mon blog me servait de refuge à mon douleur à cette période-là). Je suis toujours fasciné par cette recherche de plus de savoir et d’amélioration sur ces univers voilà pourquoi. Or, c’est surtout sur ce point que commence l’addiction au blog : celle de vouloir bloguer et de faire passer les restes après.

La victime est ainsi amenée à réaliser plusieurs choses en même temps, entre autres, l’écriture, la publication, la gestion du dashboard et des commentaires, la surveillance des statistiques (nous sommes appelés à vérifier encore et encore, matin comme soir, de jour comme de nuit, si nos statistiques évoluent, s’il y a des notifications du côté des réseaux sociaux…), la gestion du thème et du design de sa plateforme, se casser la tête toute seule pour avoir des réponses sur « comment faire pour réussir à surprendre tout le monde ? »

Résultats ? Le blog prend le dessus sur d’autres choses et activités (c’était le cas pour moi lors de la première année de blogging). Plus grave encore, le blogueur peut faire face à des pannes d’inspirations au fil du temps au risque de ne plus savoir quoi taper sur son clavier. Le Blogging est susceptible de prendre ainsi un goût amer… Alors, faites très attention.

L’un des remèdes le plus efficaces contre l’addiction au blog c’est le slow blogging. Cette tendance me parle beaucoup depuis un moment, car grâce à elle je peux très bien me concentrer sur mon boulot, ma famille le week-end et mon chéri ❤ à tout moment (bien que c’est encore à distance ^^^ pour le moment ^^^^). Pour publier un post, balader de blogs à blogs et répondre aux commentaires… je ne fais plus que voler un peu de temps.

Le slow blogging est aussi une arme contre :

  1. La concurrence entre blogs qui peut se montrer dans toutes les sauces. Suivant cet angle-là, je considère la blogosphère comme un No man’s land sans shérif. Chaque blogueur établit sa propre loi, fait ce qu’il veut, chacun pour soi au sein de leur propre clan : classe des grands (leurs blogs deviennent un véritable business. Quoi qu’ils en fassent, c’est toujours merveilleux aux yeux de tout le monde), des « bloggers moyens » (qui décrochent des contacts fréquents avec les marques et pas mal d’appréciations), des plus petits (luttant jour et nuit pour avoir un peu d’attention).
  2. Le Bad buzz. Ce n’est pas seulement les réseaux sociaux qui peuvent être victime de cette publicité contre-productive, mais aussi et surtout le blog – quand un internaute ou un blogueur émet une information litigieuse en commentaire de notre post et qui peut se répandre à une vitesse V. Le bad buzz, ce grand méchant loup, peut donc survenir sans que nous nous y attendions et peut avaler en une bouchée la réputation de notre blog. Le mieux c’est de prévenir que guérir en ne publiant que des contenus de qualité, avec des informations bien fondées, uniques, à fortes valeurs ajoutées…

Enfin, tant mieux si vous adoptez le Blogging Pro, car vous n’avez pas le choix : vous devez bosser intensément. Je pense que le slow blogging n’est donc pas fait pour vous au risque de perdre des sponsors/partenaires… En fait, les blogueurs pro se soucient surtout de leur trafic, des clics sur leurs pubs, de revenus divers, de l’affiliation… C’est pourquoi, ils gagnent largement leur vie via ce métier qui ne marche pas s’ils travaillent slowly comme je le fais avec mon blog en ce moment.

 

Mots de la fin…

Maintenant, je suis sûr que le slow blogging n’a plus de secrets pour vous – cette nouvelle tendance sur la blogosphère qui permet de retrouver l’équilibre dans le Blogging. Le leitmotiv de ses partisans c’est « Bloguer moins tout en bloguant mieux ». Depuis que Femme & Infos l’a adopté après son premier anniversaire, divers avantages se sont succédés comme la créativité, l’enthousiasme, l’inspiration… C’est très vite devenu ma principale arme contre l’addiction au blog quoi !

 

 

articles mode et beauté pas chers sur vide dressing femme et infos

 

 

Adoptez-vous le Slow Blogging ? Si oui, comment ça se déroule ? Sinon, êtes-vous convaincus de vous y lancer ?

Bisous ❤

signature-fondatrice-blog-et-vide-dressing-femme-et-infos

 

 

 

 

Publicités