Quand Femme & Infos est en mode Slow Blogging…

Coucou les filles, je suis très heureuse de vous retrouver pour vous parler d’une tendance qui fait rage sur la blogosphère : le slow blogging.


Je dois vous avouer une chose. Depuis que #FemmeEtInfosAUnAn, je suis devenue une « nouvelle blogueuse ». Nouvelle dans le sens que je suis consciente (je la suis de plus en plus) qu’en bloguant, il fallait privilégier la QUA-LI-TE à la quan-ti-té. Mon rythme de bloguer change depuis, car mon bébé blog a adhéré au Slow Blogging (la cadence prendra surement une autre tournure quand mon chéri ❤ sera à mes côtés, car j’ai lui et notre nid d’amour à bien m’occuper). Bref, ma façon de consommer les blogs amis, les réseaux sociaux (d’ailleurs je ne suis pas trop social network faute de temps) et aussi ma manière de produire des contenus ont changé dès lors.

 

Envie de tout savoir sur le Slow Blogging ?

© credit photo Pixabay, arrangement sur Paint

 

Ça fait un petit moment que je n’ai pas nourri ma rubrique Blogging entre filles et j’avoue que ça m’a trop manqué. Ce n’est pas par coup de tête que l’idée de parler du slow blogging m’est venue à l’esprit, mais ça fait un moment que j’ai envie d’aborder ce sujet qui est devenu à la mode sur la blogosphère. Au début, je tiens à vous rassurer que même si je blogue slow, il n’est pas question pour moi de laisser mon bébé blog pendant des semaines voire des mois sans donner aucune trace. Si jamais tel sera le cas, je vous avertirai via un post spécial que « de xxx à xxx je serais absente à mes grands regrets ».

Lorsque Femme & Infos a eu un an, je ne me reconnaissais plus dans ma façon de bloguer d’avant, car c’était juste des courses aux likes et des compétitions entre blogs… même si ce n’était pas forcément ma vision de bloguer. Autrement dit, je me suis convertie au slow blogging tout en bloguant sans contraintes (c’est de la sorte que je garde ma liberté), en ne devenant plus pas l’esclave de mon blog, en pensant plaisir et non-gain (comme ça, je ne me perds pas en cours de route même si j’avoue que ça fait un bien fou de recevoir des petites sommes de la part des partenaires ou des petits cadeaux), en restant la plus vraie possible (c’est-à-dire en donnant mes avis sincères sur tel ou tel sujet) et especially profitant du bonheur simple de la vie (essentiellement avec ma famille) et prenant du temps pour moi-même (et, dans peu de temps, pour mon amour).

Ceci étant, de nombreux objectifs tournent autour de cette nouvelle tendance tendant à dominer la blogosphère essentiellement le fait de considérer le blogging comme un loisir, prendre du temps pour soi (je peux, maintenant, vivre sans toucher à mon blog quand je suis en congé de 10 jours ou en week-end, chose impossible auparavant), abandonner la course aux « j’aimes » (ouf ! J’ai dépassé cette phase), suivre l’évolution des statistiques du blog sans que ceci devienne une obsession, tout faire pour que le blog ne ressemble pas à un « panneau de publicité », délaisser la présence à tout va sur les réseaux sociaux, se fixer des objectifs d’amélioration de qualité, de contenus, de design, d’échanges (mais non pas de visites, de nombre de publications, de partenariat)

Je m’attarde, depuis, sur trois objectifs majeurs (du moins, à mes yeux), entre autres :

  1. Bloguer moins tout en bloguant mieux. Autrement dit, vous devez préférer la qualité à la quantité pour survivre et durer dans le monde blogo. C’est la clé pour retrouver un blogging beaucoup plus qualitatif.
  2. Bloguer quand l’envie est là, mais aussi la disponibilité (par rapport aux études, au travail, à la vie de famille… Je suis, maintenant, plus disponible que jamais à bloguer régulièrement face à ma vie de célib’, mais d’ici peu, ce ne sera plus le cas lorsque je ne vivrai plus solo haha) et l’inspiration (vous devez vous laisser guider par celle-ci sinon vos lecteurs le sentiront en lisant votre billet).
  3. Se faire plaisir, tout simplement, en bloguant (c’est ce que je ressens avec mon bébé blog en ne forçant plus les choses).

Comment bien reconnaître que vous êtes au cœur de cette tendance blogesque ? Eh bien, vous avez la sensation que quelque chose vous empêche de trop dépenser du temps sur votre blog au profit d’autres trucs plus personnels et professionnels. Du coup, quand vous avez le temps, vous écrivez avant tout par passion sur un sujet qui vous inspire (et qui ne sort quand même pas de votre thématique ^^^^ bien que la plupart des blogs, avouant suivre cette tendance, disent le contraire) au moment où cela vous inspire bien évidemment. En gros, vous n’écrivez/ne publiez un post (avec des contenus uniques) que si vous estimez qu’il apporte des valeurs ajoutées aux lecteurs…

 

Que des avantages pour votre blog en optant pour le slow blogging

© credit photo Pixabay, arrangement sur Paint

 

Inutile de le répéter encore une fois que Ça fait quelques mois que je ne me force plus quand je suis ici, que je ne partage plus que des billets fort intéressants (du moins c’est que j’ai toujours essayé de faire depuis le début de mon aventure sur Femme & Infos), que je n’écris que quand j’ai envie… Juste après 20 mois de blogging, sans pause de longue durée ni surmenage bloguesque (ce que je prie de ne jamais arriver du moment que je me fais plaisir en bloguant), j’ai réussi à franchir le pas de choisir le rythme qui me convient sans pour autant me culpabiliser (car mon boulot marche à merveille, j’ai le temps de faire un saut de quelques minutes sur mon blog presque tous les jours ^^^^ même si c’est pour lui dire bonjour… et… au revoir seulement ^^^^ et visiter régulièrement des blogs amis si le peu de temps le permet bien sûr). Mais, en lisant de nombreux blogs sur ce sujet, je ne suis pas d’accord que bloguer d’une façon slow renvoie à délaisser le référencement naturel. Pour mon cas, c’est tout le contraire, je blogue avec plaisir tout en ne mettant pas à l’écart le respect de SEO (chacun sa façon de voir les choses et faire les choses). Et c’est devenu une vraie passion pour moi tout en ne se fermant pas trop dans les thématiques principales qui définissent mon blog (mode, beauté et études), mais l’enrichissant avec de nouvelles rubriques au fur et à mesure où l’idée se présente (par exemple ma rubrique Blogging entre filles…)

Tout ce parcours m’a renvoyé à quoi selon votre avis ? Tout d’abord, opter pour le slow blogging me permet de bien me concentrer sur mon travail, de profiter de mon week-end avec ma famille (mais plus devant le PC comme avant ^^^^ heureusement que mon mini Asus a rendu son âme bien que les spécialistes en la matière me disent le contraire. Je lui laisse reposer en paix pour le moment bien que j’ai des documents importants à récupérer absolument dans son mémoire), de parler à tout moment à distance avec mon chéri ❤

Et pas que, car je n’ai plus aucune contrainte de :

  1. Publication. Or, lors de la naissance de mon bébé blog, je n’arrive pas à dormir la nuit si je n’ai pas pu écrire un post à publier le lendemain au travail. C’était devenu comme une drogue pour moi (vous pouvez constater vous-même en scrollant les archives de mon blog qu’en décembre 2015 c’était la folie… mais, maintenant, je suis guérie). En fait, j’ai dépassé avec succès ce stade étant conscient que l’essentiel c’est de ne pas priser la quantité, mais assurer la Qualité.
  2. Partenariat avec les marques (je n’ai pas trop senti cette contrainte depuis que j’ai blogué en septembre 2015 jusqu’au jour d’aujourd’hui. D’ailleurs, je n’ai collaboré jusqu’à ce qu’avec une petite liste de partenaires).

Mon blog, à seulement moins de 2 ans d’existence, n’atteint pas encore son âge de raison. Tout de même, j’essaie de faire de mon mieux derrière l’écran. Et, cette stratégie de slow blogging c’est ce que je trouve de mieux à l’instar d’autre chose qui peuvent améliorer ma façon de bloguer. En fait, depuis que j’ai adopté cette tendance, mon blog gagne en :

  1. Créativité (avant, quand j’ai tenu cette maudite fréquence de 1 post/jour, je n’ai même pas eu le temps de créer des trucs sympas pouvant vous faire plaisir comme le cas de DIY… Mais, depuis que j’ai réduit ma publication pour assurer une qualité impec, je me sens beaucoup plus créative).
  2. Enthousiasme (enthousiaste, je la suis quand j’écris mes posts. Et, je sens une émotion puissante envahir mon cœur en lisant vos retours aux posts que je publie. Et, des fois, si je ne réponds pas à vos commentaires, ce n’est pas que je ne suis pas réactive/pas contente, mais faute de teeeeeemps. Rassurez-vous !).
  3. Inspiration. Ça, inutile de le développer, car vous me faites toujours des remarques positives là-dessus (et ce n’est pas l’inspiration qui me manque, ha ha).

En gros, le slow blogging renvoie à divers avantages contrairement au Blogging intense. Donc, réfléchissez-en bien ! Tout ça fait un bien fou,  me fait oublier les quelques stress de la vie pro et perso. Donc, je suis toujours partante pour la suite de cette aventure en ne privilégiant que mon plaisir à bloguer. Autrement dit, je vais me lâcher prise pour mieux profiter de ma vie personnelle et ne parler sur mon blog que des trucs qui me tiennent à cœur tout en respectant la règle de référencement (je ne veux pas être pénalisé par le géant Google, voilà pourquoi et évidemment gagner en visibilité).

 

Slow Blogging : pour contrer… l’addiction au blog

© credit photo Pixabay, arrangement sur Paint

 

Ça existe l’addiction au blog ? Oui, ça existe ! Son principal symptôme ? Le blogging intense. Ensuite, la maladie s’aggrave et la victime finit par devenir accro au blog (heureusement que le Docteur a dépisté et traité à temps Femme & Infos sinon ça aurait été pire…) Vous vous demandez peut-être comment se manifeste l’addiction au blog ? Eh ben, comme toute petite habitude dont nous ne pouvons pas nous passer, l’addiction au blogging est plutôt positive, car elle nous mène à la créativité, apporte de l’inspiration, renvoie au partage, amène à la découverte… En outre, celle-ci permet de s’ouvrir, de se cultiver et d’échanger… au monde blogo que nous vivons.

Cette addiction n’arrive pas par hasard, car – avouons-le – le blog et la blogosphère sont deux univers en perpétuel mouvement très attirants. De l’inspiration en voulons-nous ? En voilà ! Il suffit d’y fourrer le nez en tant que simple lecteur ou blog débutant et le mal est déjà fait, car ils ne nous lâcheront plus. Au début de mon aventure ici, j’ai été atteinte de l’addiction aux publications et aux lectures, heureusement que ça s’est atténué (mais, ça m’a bien aidé à oublier un grave problème qui s’est passé dans ma vie perso, car mon blog me servait de refuge à mon douleur à cette période-là). Je suis toujours fasciné par cette recherche de plus de savoir et d’amélioration sur ces univers voilà pourquoi. Or, c’est surtout sur ce point que commence l’addiction au blog : celle de vouloir bloguer et de faire passer les restes après.

La victime est ainsi amenée à réaliser plusieurs choses en même temps, entre autres, l’écriture, la publication, la gestion du dashboard et des commentaires, la surveillance des statistiques (nous sommes appelés à vérifier encore et encore, matin comme soir, de jour comme de nuit, si nos statistiques évoluent, s’il y a des notifications du côté des réseaux sociaux…), la gestion du thème et du design de sa plateforme, se casser la tête toute seule pour avoir des réponses sur « comment faire pour réussir à surprendre tout le monde ? »

Résultats ? Le blog prend le dessus sur d’autres choses et activités (c’était le cas pour moi lors de la première année de blogging). Plus grave encore, le blogueur peut faire face à des pannes d’inspirations au fil du temps au risque de ne plus savoir quoi taper sur son clavier. Le Blogging est susceptible de prendre ainsi un goût amer… Alors, faites très attention.

L’un des remèdes le plus efficaces contre l’addiction au blog c’est le slow blogging. Cette tendance me parle beaucoup depuis un moment, car grâce à elle je peux très bien me concentrer sur mon boulot, ma famille le week-end et mon chéri ❤ à tout moment (bien que c’est encore à distance ^^^ pour le moment ^^^^). Pour publier un post, balader de blogs à blogs et répondre aux commentaires… je ne fais plus que voler un peu de temps.

Le slow blogging est aussi une arme contre :

  1. La concurrence entre blogs qui peut se montrer dans toutes les sauces. Suivant cet angle-là, je considère la blogosphère comme un No man’s land sans shérif. Chaque blogueur établit sa propre loi, fait ce qu’il veut, chacun pour soi au sein de leur propre clan : classe des grands (leurs blogs deviennent un véritable business. Quoi qu’ils en fassent, c’est toujours merveilleux aux yeux de tout le monde), des « bloggers moyens » (qui décrochent des contacts fréquents avec les marques et pas mal d’appréciations), des plus petits (luttant jour et nuit pour avoir un peu d’attention).
  2. Le Bad buzz. Ce n’est pas seulement les réseaux sociaux qui peuvent être victime de cette publicité contre-productive, mais aussi et surtout le blog – quand un internaute ou un blogueur émet une information litigieuse en commentaire de notre post et qui peut se répandre à une vitesse V. Le bad buzz, ce grand méchant loup, peut donc survenir sans que nous nous y attendions et peut avaler en une bouchée la réputation de notre blog. Le mieux c’est de prévenir que guérir en ne publiant que des contenus de qualité, avec des informations bien fondées, uniques, à fortes valeurs ajoutées…

Enfin, tant mieux si vous adoptez le Blogging Pro, car vous n’avez pas le choix : vous devez bosser intensément. Je pense que le slow blogging n’est donc pas fait pour vous au risque de perdre des sponsors/partenaires… En fait, les blogueurs pro se soucient surtout de leur trafic, des clics sur leurs pubs, de revenus divers, de l’affiliation… C’est pourquoi, ils gagnent largement leur vie via ce métier qui ne marche pas s’ils travaillent slowly comme je le fais avec mon blog en ce moment.

 

Mots de la fin…

Maintenant, je suis sûr que le slow blogging n’a plus de secrets pour vous – cette nouvelle tendance sur la blogosphère qui permet de retrouver l’équilibre dans le Blogging. Le leitmotiv de ses partisans c’est « Bloguer moins tout en bloguant mieux ». Depuis que Femme & Infos l’a adopté après son premier anniversaire, divers avantages se sont succédés comme la créativité, l’enthousiasme, l’inspiration… C’est très vite devenu ma principale arme contre l’addiction au blog quoi !

 

 

articles mode et beauté pas chers sur vide dressing femme et infos

 

 

Adoptez-vous le Slow Blogging ? Si oui, comment ça se déroule ? Sinon, êtes-vous convaincus de vous y lancer ?

Bisous ❤

signature-fondatrice-blog-et-vide-dressing-femme-et-infos

 

 

 

 

Blogo-sharing #3 : Ma « Fashion Portrait Chinois »

Coucou les filles, je suis très heureuse de vous retrouver sur ce nouveau post vous étalant ma Fashion Portrait Chinois bien que je ne suis pas une créatrice de mode.


J’espère que vous n’allez pas m’en vouloir, car quand j’ai publié le numéro 1 de blogo-sharing sur mon blog, il y a 10 mois de cela, je vous ai fait la promesse de publier une série chaque mois. Je n’ai pas pu tenir promesse faute de temps, mais ce n’est jamais l’inspiration qui me manque. Je suis de retour avec cette troisième édition pour répondre à 6 questions de la fashion portrait chinois.

 

A lire aussi :

 Blogo-sharing #1 : Partagez vos liens

 Blogo-sharing #2 : Mes 8 blogs coup de coeur

 

C’est quoi cette fameuse « Fashion Portrait Chinois » ?

J’ai toujours voulu faire régner un esprit de partage depuis blogo-sharing #1. Et, c’est toujours le cas avec cette Fashion portrait chinois, car je ne vais pas me contenter seulement de répondre à ses 6 questions (…)

  1. Si vous étiez une fashion faux pas ?
  2. Si vous étiez un top model qui porterait vos tenues ?
  3. Si vous étiez une fashion souvenir ?
  4. Si vous étiez une année/période qui a marqué l’histoire de la mode ?
  5. Si vous étiez un lieu fashion ?
  6. Si vous étiez une pièce de cette nouvelle collection ?

(…) Mais aussi taguer toutes blogueuses mode qui veulent y participer via des commentaires à ce post ou une reproduction du tag sur leurs blogs en citant Femme & Infos. Revenons-en à notre mouton les filles.

En fait, je suis tombée par hasard sur ce portrait en écrivant mon post fashion faux-pas et j’avoue que ça m’a séduit. Après une petite recherche, j’ai remarqué que ces questions sont d’habitude posées par des journalistes mode à des créatrices(teurs) lorsqu’ils dévoilent leurs nouvelles collections au monde entier via des défilés. Mais, je me suis dit, pourquoi ne pas jouer le jeu même si je suis loin d’être une… créatrice de mode (ha ha ha) ?

 

Mes réponses aux 6 questions de la « Fashion Portrait Chinois »

Je vais directement attaquer les 6 questions sans faire du bla bla comme vous avez hâte de me découvrir via ce fameux portrait. Je vais profiter en même temps d’apporter quelques précisions voire des petites histoires sur le sujet évoqué par la question concernée. On y go !

 

A lire aussi :

 Ma première nomination au Liebster Award

what's in my bag.jpg Mes réponses sur le concept « What’s in my bag ? »

 Mes réponses futiles ou utiles sur les « 100 questions que l’on ne pose jamais »

 Envie de savoir mes 6 péchés mignons ?

 

1. Si vous étiez une fashion faux pas ?

J’ai eu beaucoup d’hésitation en répondant à cette première question, devant me décider entre Jennifer Lopez, Miley Cirus, Lady Gaga, Rihanna et Madonna. Mais, finalement, je me dis que si j’étais une fashion faux-pas, je serais sûrement Jennifer Lopez.

La Bomba latina est toujours pointée du doigt par les journalistes mode en ligne commettant des cata’ stylistiques alors qu’elle est d’habitude stylée et sexy. En fait, il arrive à certains moments que ses tenues ne fassent pas éblouir ses fans (que je suis), mais fassent piquer leurs yeux. Voulez-vous un exemple d’une de ses erreurs mode ? Lors de son apparition sur l’émission de Kathy Lee and Hoda en mars dernier, je n’ai pas du tout apprécié son look signé Yanina Couture. C’était surtout audacieux, mais pas vraiment é-lé-gant :

 

Si seulement si Jennifer Lopez n’a pas eu l’idée folle d’ajouter à sa tenue ce collant, son look aurait été tolérable

 

Tout va bien depuis son top bleu avec des manches cloches à volants (très tendance pour cette saison) et sa jupe colorée à imprimées florales. Le seul bémol, c’est qu’elle ne s’est pas contentée de rester là, il fallait encore que la Bella ait ajouté des collants de couleur chair avec imprimés fleuris sur ses cuisses (c’est raté). Je n’ai pas toléré 3 choses : de un, que ses collants soient couleur chair (c’est d’ailleurs une fashion faux-pas selon les pros comme Emma du bienhabillee.com, Cristina Cordula…), de deux, qu’il y ait ses motifs fleurs et de trois, que ses collants fassent des plis sur ses jambes. Ce n’est pas du tout glamour. C’est comme si elle a la jambe toute ridée et flétrie de sa mamie (mince ^._.^). Tout ceci a donné un grand flop à sa tenue. Ou, qu’en dites-vous ?

 

2. Si vous étiez un top model qui porterait vos tenues ?

J’ai répondu sans hésitation Naomi Campbell.

J’ai toujours adoré cette belle black girl avec un corps sublime. Et, même après 30 ans de carrière, ce supermodel, star des années 90, affiche toujours un tel éclat (bravoooo). Elle ne cesse de fasciner le monde de la mode en gardant une telle endurance. Ses collaborateurs la connaissent par son retard de plusieurs heures lors de rendez-vous aux studios. Mais en apparaissant avec ses jambes interminables et fuselées, son corps splendide… ils pardonnent très vite son retard.

 

© credit photos Madame Le Figaro

 

Le secret de sa longévité par rapport à sa génération disparut déjà du monde des défilés ? Elle adore son métier et elle le fait de son mieux. Elle ne travaille que sur un show qu’elle trouve important. En septembre dernier, elle a encore su détonner le public lors du défilé Versace à Milan en foulant le catwalk. Ce model de 47 ans ne se contente pas de côtoyer le podium, mais organise des défilés afin de récolter des fonds pour diverses causes… humanitaires. Ce premier top model à figurer  sur la couverture de Vogue Paris et du magazine Times a été repéré par Beth Boldt – dirigeant l’agence de mannequins Synchro – à ses 14 ans dans la rue des Londres avec ses amies après l’école… Elle se fait vite remarquer à la fin des années 80… Pas étonnant qu’en 1988, le Vogue italien a été tombé sous son charme… avec des images d’une beauté jamaïcaine faisant le tour du monde. La « panthère noire » enchaîne de shows à shows sur les runways de Chanel, Christian Dior, Versace, Jean Paul Gautier… de campagnes à campagnes avec Burberry, Prada, Dolce & Gabbana, Louis Vuitton… C’est sa réussite qui la fait durer dans son métier couronné de succès avec ses deux amies prodigieuses Linda Evangelista et Christy Turlington.

 

3. Si vous étiez une fashion souvenir ?

Je n’ai jamais assisté réellement à des soirées de lancement de nouvelles collections de mode (je ne perds pas espoir, ha ha), mais je peux quand même profiter des shows en direct sur des sites de magazines de mode célèbres. Ceci étant, je peux très bien répondre à cette question… et c’était la présentation du « vestiaire estival idéal » de Chloé à la Fashion Week de Paris en septembre 2016.

 

© credit photo Luxe Addict

 

En fait, ces mélanges de volants et esprit marin m’ont fasciné (rien à dire sur cet imprimé à maxi fleurs seventies apparu sur le catwalk). Ce n’est pas pour rien que j’ai mis comme couverture de mon magazine de mode Carnet de styles des fashionistas – dénommé #BeFashionistas – l’une de ses collections, le Baby Doll de Chloé qui suit :

 

© credit photo Marie Claire

Couverture de #BeFashionistas n°001 de Femme et Infos

© credit photo Femme et Infos

 

C’est comme ça la collection qui fait ravir mon cœur, qui me donne envie de glisser dans la peau des mannequins afin de pouvoir porter ses petites robes à volants, ses blouses vareuses vaporeuses, ses pantalons à pont immaculé… Suivant ladite collection, Chloé nous amène à surfer plus sur un esprit marin en jouant avec les couleurs et en mettant en exergue le signe distinctif de la marque : le volant. Ce n’est pas seulement ces habits qui m’ont laissé perplexe, mais aussi, et surtout ses mono sacs ultras désirables à mono anse ronde et dorée et… pas que… ses talons à simple bride. J’ai tout simplement dit « woooow » en voyant les mannequins défiler avec !

 

Sac bracelet Chloé
Sandales fines Chloé

© credit photos L’Express

 

4. Si vous étiez une année/période qui a marqué l’histoire de la mode ?

J’aurai tout de suite répondu sans hésiter la mode des années 1990.

En fait, cette année marquant le début de la mode contemporaine signe un changement radical dans la façon de s’habiller. J’aime surtout les années 90 en parlant de mode, car elle a été marquée par le recyclage des basiques mode des décennies précédentes associées avec des accessoires. Les pièces maîtresses de cette période ont été le trench-coat, le jeans Levi’s, le pull marin, le K-way et le caban.

Je me souviens quand j’étais encore lycéenne, j’ai aimé porter le pantalon pattes d’éléphant (faisant son come-back après 10 ans d’absence), mais aussi la salopette des années 70. Les t-shirt à message me font aimer aussi cette période et encore plus le top ou l’accessoire à imprimés fleurs (essentiellement les écharpes) … Je ne me suis jamais étonné que la musique de cette période fût même devenue un mouvement de mode surtout le grunge (en tête de liste le groupe Nirvana). J’ai adoré m’associer à ce mouvement en adoptant leur look anti-mode : jeans déchirés (le fameux destroy d’aujourd’hui), vieilles baskets et chemise à carreaux.

 

 

Groupe Nirvana, à l’origine du mouvement grunge des années 90

 

Et, je n’ai pas aussi sous-estimé le look ultra girly des Spice Girls – j’ai surtout adoré imiter Victoria’s looks au lycée.

 

C’était toujours la façon de s’habiller de Victoria qui m’a plu

 

Or, ce n’est pas tout, car ces années étaient aussi l’âge d’or des sportwears, avec des joggings par-ci, des baskets par-là toutes marques confondues. Les créateurs de luxe apparaissent durant cette période comme John Galliano chez Dior, Jean Paul Gaultier et Alexander McQueen chez Ginvenchy. Je n’oublie jamais la mode des années 90, car tout simplement c’est quelque chose d’inoubliable. Et, comme la mode est un éternel recommencement, ces tendances reviennent sur le podium ces dernières saisons. Voulez-vous des exemples ? Le total look denim, les chaussures plateformes… à la Mel B, le Levi’s 501… Côté accessoires ? Il y a les chocker, les petites lunettes… Vous n’allez pas trouver bizarre ses filles marcher dans la rue avec t-shirt sous leur robe à bretelles, une veste en jean XXL, une mini-jupe plissée, un survêtement Adidas, des barrettes papillons… car ce sont des souvenirs des années 90 qu’ils soient meilleurs ou pires.

 

5. Si vous étiez un lieu fashion ?

Euh ! Je dirai Paris après moult hésitations entre New York, Milan, Londres et Tokyo (car en lisant cette question, ma pensée va tout droit en direction de la fameuse « Fashion Week »).

En fait, on dit que la mode a vu le jour à Paris sous le règne de Louis XIV (sinon ce n’est pas pour rien que son ministre Jean-Baptiste Colbert disait « La mode est pour la France ce que les mines d’or du Pérou sont pour l’Espagne ») avec la naissance de plusieurs maisons de couture comme Chanel, Dior, Yves Saint-Laurent… Or, force est de constater que c’était aux Etats-Unis, plus précisément à New York, que l’histoire de Fashion Week a commencé pendant la Seconde Guerre mondiale. Voulant défier le rayonnement de la France du monde de la mode depuis Louis XIV, les Américains ont instauré la « Semaine de la mode » pour mettre en avant leurs stylistes avec une première édition adressée seulement aux journalistes. Une fois la guerre finie, ce fut au tour des grandes capitales de la mode en Europe de s’y atteler principalement Paris.

 

Paris, capitale de la mode non ?

 

La capitale de l’Hexagone est vite revenue sur le devant de la scène et on se demande toujours si Paris demeure comme étant la capitale de la mode. Mais, ce qui est sûr c’est que ces grandes villes symboliques se lancent toujours en compétition. Or, on remarque que chaque pays a son propre mode et son propre style et c’est évident lors des différents défilés de mode. Chaque créateur fait tout pour sortir des pièces uniques dans leur collection, ce qui fait que ce qu’a dit Coco Chanel « La mode se démode » est vrai. Vous n’allez pas non plus nier que Paris reste une inspiration d’habillement pour les stars (Paulo Coelho n’a pas eu tord en disant : « Oublie les films, Cannes est un festival de mode », car les stars sont en compétition de mode) et les mannequins. En quête d’habillement de luxe (je ne fais pas la pub, mais juste un partage de bonne adresse) ? C’est à Paris que ça se trouve essentiellement dans son 8e arrondissement. C’est aussi la capitale du shopping (avis aux amateuses(rs) !)

 

Paris, une des bonnes adresses shopping de luxe dans le monde

 

La mode et les médias deviennent ainsi inséparables durant les Fashion Week à Paris et d’autres endroits. Les Magazines célèbres (Be, Elle, Grazia, Vogue, Cosmopolitan, Marie Claire…), les publicités de mode en parlent, mais aussi les blogs mode, les réseaux sociaux…

 

6. Si vous étiez une pièce de cette nouvelle collection ?

Ouf ! Je suis enfin arrivée à la toute dernière question maintenant, j’ai répondu une des pièces de la nouvelle collection automne-hiver 2017 de Victoria Beckham.

Même si je ne frôle pas encore la quarantaine, j’ai tout de suite apprécié cette nouvelle collection en la repérant sur Vogue. Les pièces montrées à ce défilé, au nombre de trentaines, m’ont convaincu de par leur souplesse et fluidité, mais elles sont aussi lumineuses et légèrement oversize totalement à mon goût.

 

Ma préférée de la collection automne hiver 2017 de Victoria Beckham

© credit photo Vogue

 

Via cette collection, Victoria Bechkam a revigoré les accents mode seventies par des angles arrondis, cols montants, tailleurs à peine flottants… mélangés avec des tonalités éclairées, motifs aux échos arts déco… J’ai toujours apprécié la façon dont Victoria s’était habillée quand elle était encore une des Spice Girls, et encore plus maintenant, car sa sexy féminité ne cesse de gagner en maturité et en… confiance. En voyant les images de ses mannequins participant à son défilé, je trouve encore que la sensualité des matières utilisées est évidente. Mais, j’ai surtout adoré sa façon, à elle, de marier ce qui ne se marie pas comme celle-là :

 

Mots de la fin…

J’ai ressenti un plaisir fou en répondant à ces 6 questions qui, d’habitude, sont posées aux créateurs(trices) de mode pendant un défilé de mode vulgarisant une nouvelle collection. Je me suis dit que ce ne sont pas seulement eux(elles) qui peuvent y participer et ben, j’ai relevé le défi. J’espère que vous avez adoré me découvrir via ce nouveau portrait et en apprendre un peu plus sur les sujets évoqués comme l’exemple de fashion faux-pas de Jennifer Lopez, le portrait de Naomi Campbell, le « vestiaire estival idéal » de Chloé, la mode des années 90, le Fashion Week Paris et la nouvelle collection automne-hiver 2017 Victoria Beckham.

 

 

articles mode et beauté pas chers sur vide dressing femme et infos

 

 

Que pensez-vous de cette Fashion Portrait Chinois ? N’hésitez pas à répondre aux 6 questions en commentaire (ça me ferai plaisir de vous découvrir via ce « tag »).

Bisous ❤

signature-fondatrice-blog-et-vide-dressing-femme-et-infos

Les 10 commandements d’un #référencement SEO réussi de vos contenus

Coucou les filles, je suis très heureuse de vous retrouver sur ce post relatant lmes 10 commandements d’un #référencement SEO pour hausser votre visibilité.


Ça fait un peu longtemps que je n’ai pas nourri ma rubrique « Blogging entre filles », ce n’est jamais lié à une panne d’idée, mais faute de temps. Je veux marquer my come-back avec un article chaud qui vous dicte quelles règles à suivre pour booster la visibilité de votre site/blog. Vous n’êtes pas obligés de respecter smes 10 commandements pour un référencement SEO réussi, mais sachez que ça fera du bien à votre bébé blog (si, bien évidemment, vous teniez à ce qu’il grandisse).

 

A lire : Quel hébergeur choisir pour votre blog/site WordPress ? bien-choisir-un-hebergeur-pour-son-blog-wp

A lire : Comment booster le trafic de votre blog WordPress ? image-a-la-une

A lire : Comment préparer un parfait article pour votre blog ? bon article de blog

A lire : Pour que votre blog mode et beauté soit bien lue mode et beauté

A lire : Comment rédiger un bon article pour le web ? contenu de qualité

A lire : Comment bien écrire la page « à propos » de son blog ? à propos

 

Suivez mes 10 astuces pour un bon référencement naturel

Un blogueur qui dit qu’il écrit seulement pour son plaisir, mais pas pour attirer des lecteurs sur sa plateforme est un menteur. Oui, je répète menteur, car qui d’entre nous ne ressent-il pas un petit pincement au en naviguant sur son tableau de bord et paaaaf, constate : « tiens, tiens, aujourd’hui, ma visite augmente ! Houraaa ! » Bloguer n’a pas l’air passionnant que si les internautes lisent/commentent nos publications (je dis même : pas la peine de continuer si tel n’est pas le cas). Or, la blogosphère ne fait pas de miracle, du moins jusqu’à ce jour, mais bloguer nécessite travail et dévouement. Ces derniers doivent encore être couplés par une autre recette : le suivi des conseils avancés par les pros dans ce domaine. N’étant pas encore experte en la matière, j’apprends des choses en ligne toute seule en même temps que je blogue. Et, ça apporte des résultats positifs à ma plateforme qui me pousse toujours à aller fouiller et fouiner…

Pour être précise, les 10 commandements que je vais vous dicter par la suite, je les ai déjà testés et ça n’a fait qu’augmenter la visibilité de Femme et Infos. En fait, via ses astuces, je ne blogue plus les yeux bandés, mais j’essaye toujours d’optimiser mes articles (et donc mes contenus) pour améliorer le référencement naturel de mon blog même si la version de WordPress que j’utilise n’intègre pas le plugin SEO By Yoast dans le menu « Extensions » (à mes plus grands regrets). En fait, les sites et blogs WP que je gère au boulot sont dotés de ce plugin, donc ça ne me pose aucune difficulté à adapter mes billets conformément à ses règles pour que mes articles soient classés aux premières pages du moteur de recherche quand les internautes tapent mes mots-clés. Allons-y !

 

#1 : Le mot-clé principal, tu détermineras

La principale tactique pour être retrouvée sur le Net est de cibler des expressions clés permettant de vous attirer du trafic de qualité. Elles constituent vos mots-clés qui sont utiles dans votre processus de création de contenus. Vous devez effectuer une recherche en ligne (sur Google Keyword Planner, Keywordtool.io, semrush.com) pour trouver les mots-clés qui caractérisent la thématique dont vous traitez sur votre site/blog. Vous devez les insérez dans vos billets, pages, métas description et titres tout en évitant la sur-optimisation, car vous risquez d’être pénalisé par Google dans ce cas. Mettez-les en gras pour pouvoir les distinguer dans votre billet.

L’idée de ce premier commandement est quand vous écrivez un post, vous allez être amenés à marquer une expression principale. C’est le centre de votre sujet et quand les internautes tapent ce mot-clé sur le moteur de recherche, votre billet s’affichera. Votre mot-clé principal doit se décliner via plusieurs synonymes qui vont s’éparpiller le long du corps de votre texte pour optimiser le référencement de votre article.

 

commandement-n1-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#2 : Dans la #balise title, tu attireras l’attention

Un titre de post bien optimisé renvoie à un meilleur référencement de votre blog. En fait, Google accorde une importance grandissante à ce deuxième commandement tout en préférant voir votre mot-clé principal en début de titre ou au moins en troisième position c’est-à-dire le troisième mot de votre titre de billet (qui doit comporter entre 60 et 65 caractères espaces inclues). A vous de le composer au travers d’une phrase ou un groupe d’expression qui donne envie de cliquer aux internautes.

Pour tout vous dire, vous devez trouver un titre accrocheur qui séduit à coup sûr les internautes. C’est depuis la #balise title que les visiteurs se sentent attirés par vos contenus et donc votre site/blog. C’est pourquoi il s’avère important de bien soigner le titre pour promouvoir les « Call to Action ». En outre, si vous choisissez le bon mot-clé principal et le mettez bien à sa place, votre billet n’aura pas du mal à être repéré par les internautes lors de l’affichage des requêtes sur Google. Tâchez d’écrire un titre court et énumératif qui séduira à coup sûr les cybernautes.

 

commandement-n2-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#3 : La #balise meta description, tu soigneras

Même si la #balise meta description, ce petit contenu (pas plus de 160 caractères espaces inclues) n’a aucune incidence sur le bon positionnement de votre contenu, vous avez intérêt à la rendre plus sexy. Ben oui, car c’est ce texte qui s’affiche dans les résultats du moteur de recherche, plus exactement en bas du titre de votre article. L’internaute lit d’abord le titre, il est séduit. Il continue de lire votre méta description, il est beaucoup plus séduit. Il clique, ensuite, sur le lien hypertexte du résultat de recherche de Google et il a accès sur votre plateforme.

Chacun de vos billets doit inclure cette petite description en guise de brève explication de votre article pouvant inciter au clic. En fait, ces petits textes des moteurs de recherche sont très lus par les surfeurs. Alors qu’attendez-vous pour les draguer dès le premier coup d’œil via cette balise afin de les attirer vers votre site/blog ? Personnellement, moi j’ai ma signature personnelle quand j’écris les métas descriptions de mes articles (je ne me soumets pas aux « normes », mais je me distingue des autres avec toujours la même expression au début : « Coucou les filles, je suis très heureuse de vous retrouver………. » puis j’annonce le sujet en n’oubliant pas d’inclure le mot-clé principal).

 

commandement-n3-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#4 : Dans le chapeau, tu feras le tour du sujet

Ce commandement n°4 est une étape primordiale de l’écriture d’un billet bien que la plupart des blogueurs n’y accordent pas trop d’importance. C’est autant pour vous dire que le chapeau sert d’accroche pour votre article (vous savez bien ce qui arrive à une chose si elle n’est pas bien accrochée ? Eh ben, elle tombe et se casse). C’est une espèce d’introduction à votre post. Un chapeau bien rédigé attire les internautes à achever sa lecture jusqu’au bout (même si votre billet est vachement long). Vous avez intérêt à bien soigner ce paragraphe court qui suit directement la balise title, car il est le plus lu par les internautes. D’ailleurs, c’est la bonne façon d’écrire des #textes optimisés pour Google.

Autrement dit, c’est la porte d’entrée de votre texte qui se présente en 2 à 3 phrases de 50 mots à peu près (franchement j’ai du mal à respecter cette longueur). C’est là que vous décrivez d’une manière générale votre contenu afin d’inciter les visiteurs à rentrer dans le vif du sujet. Donc, arrêtez de vous précipiter, prenez votre temps quand vous rédiger votre chapeau pour que tout monde dise : « chapeau ! » en le lisant. Pour ma part, 50% du temps de ma rédaction est consacré à ces quelques lignes tout en essayant de me poser les bonnes questions, d’adopter un style direct, d’y insérer mon mot-clé principal pour que vous puissiez avoir une idée claire du contenu de mon billet.

 

commandement-n4-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#5 : Les #balises heading H1… H6, tu rédigeras bien

Après le mot-clé principal, le titre, la méta description et le chapeau, c’est sur les titres de vos paragraphes ou les balises de titre H1 à H6 que doivent se poser vos prochains soucis. En fait, c’est via ces titres que vous structuriez l’information dans le corps de votre article (suivant la « règle d’entonnoir renversé » : partant des informations plus importantes ^^^^ H1^^^ aux informations moins importantes ^^^^ H6 ^^^^). Des balises H1 à H6 bien structurés vous feront gagner pas seulement en lisibilité de votre article, mais aussi, et surtout en référencement naturel. Ces 6 niveaux de titres du code HTML sont similaires aux : Titre 1, Titre 2, Titre 3… du dashboard de votre site/blog WP ou du page Word… Ils servent ainsi pour le découpage en sous-partie de votre billet afin de bien hiérarchiser vos idées c’est-à-dire votre texte surtout pour les textes longs (comme le cas de ce billet d’ailleurs – au lieu de présenter un texte en bloc qui ne donne pas envie de s’y attarder trop longtemps).

C’est au long de ces structures que vous pouvez éparpiller le plus naturellement possible les synonymes de votre mot-clé principal (la sur-optimisation est à éviter à tout prix). C’est surtout l’utilisation des H1 qui ont un fort impact sur le SEO de votre article (même si sur ce post, j’utilise les balises H1 et H2 c’est-à-dire sous-titre (H1) et sous sous-titre (H2)).

 

commandement-n5-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#6 : Des liens entrants et sortants, tu insèreras

Insérer des liens entrants et sortants est une chose, mais assurer leur qualité en est une autre. En fait, le bon respect de ce sixième commandement assure un trafic qualifié à long terme pour tous vos billets (votre site/blog). La principale règle du jeu c’est que vous devez acquérir et créer vos liens. Les liens entrants ou backlinks sont les liens reçus par votre plateforme en provenance d’une ou plusieurs autres plateformes. C’est incontournable pour l’optimisation de votre référencement, car ils amènent les visiteurs sur les sites pointés affichant une information complémentaire sur le sujet traité. Pour pouvoir monter en haut du classement des moteurs de recherche, vous devez recevoir des liens provenant des sites de qualité (comme Amazon, Wikipédia et tant d’autres…) Au cas où vous ne recevez pas des liens de qualité des sites d’envergure, vous pouvez créer vous-même vos liens entrants (et c’est que je fais toujours dans mes articles sauf que s’il y a un partenariat, j’insère les liens obtenus de la part de mes partenaires). Vous ne devez pas seulement oublier de les pointer vers des pages internes de votre site/blog ou autres billets qui s’avèrent très importants. Vos liens doivent ainsi être bien ancrés et vous ne devez utiliser n’importe quelle ancre, mais placer votre mot-clé principal ou son synonyme dans vos ancres de liens.

En ce qui concerne les liens sortants, vous n’avez pas intérêt à insérer beaucoup de liens qui pointent vers d’autres sites au risque de partager la puissance ou la popularité de votre billet. Sinon, ils doivent être de qualité, mais non pas artificiels ou trompeurs pour ne pas être pénalisé par Google.

 

commandement-n6-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#7 : Dans la conclusion, tu synthétiseras tout

Tout est OK si vous arrivez à respecter ses 7 premiers commandements. Or, comment donner aux lecteurs l’envie de continuer jusqu’au bout leur lecture ? En fait, il ne suffit pas de les séduire seulement via votre balise title, de les donner envie d’entrer aux paragraphes après avoir lu l’introduction, il fallait plus. Celui de savoir bien rédiger la conclusion, car celle-ci résume le message que vous voulez passer, encourage les internautes à l’action, leur pousse à partager votre billet (reblog this), leur informe sur vos prochaines publications, fait la promotion de vos produits ou services et leur pose une question incitative.

Une fin puissante de votre billet met en exergue tout son contenu depuis le titre jusqu’aux différents paragraphes. Bref, la conclusion de votre article doit dire aux lecteurs ce qu’ils doivent faire après la lecture et évidemment lui donner envie de revenir sur votre plateforme. Vous devez soigner votre conclusion pour booster la visibilité de vos contenus. Autrement dit, concluez avec style votre billet. N’oubliez pas de mettre en exergue la question incitative en bas de la conclusion comme le recommande l’astuce suivante :

 

commandement-n7-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#8 : Via les questions finales, tu éveilleras la discussion

Un blogueur qui arrive à susciter les opinions des lecteurs après la publication d’un post peut se féliciter lui-même, car il a pu rédiger un article de blog techniquement efficace. En fait, il s’avère important de poser une ou des questions incitatives qui suivent la conclusion de votre article. C’est un outil très important pour lancer l’appel à l’action. Et donc, essayez de bien jouer les mots pour que vos lecteurs postent des commentaires après avoir lu votre post. Par souci de bon référencement, vous pouvez encore marquer via cette question votre mot-clé principal même si ce n’est pas obligatoire.

 

commandement-n8-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#9 : Les images, tu feras parler

Cet avant-dernier commandement est encore très important pour le SEO, car la balise alt et le poids de vos images contribuent à bien référencer vos billets. Par définition, la balise alt est un mot-clé ou une expression associée à une image. Au cas où le navigateur a du mal à afficher l’image en question en vous naviguant sur le site/blog, le mot-clé placé dans cette balise le remplacera. Vous devez soigner ces mots-clés qui peuvent être lus par le moteur de Google image pour assurer le référencement naturel de votre article.

En outre, pour un SEO images réussi, vous devez insérer une légende dans votre image dont les termes utilisés doivent être différents de ceux de la balise alt (essayez tout simplement de les faire parler). Vous devez utiliser un ton naturel et y insérer le mot-clé principal. Ne délaissez pas non plus le fait de ne choisir que les bons noms de fichier pour vos images.

Vous devez vous soucier de leur poids, car ceci optimise la vitesse de chargement. Or, une bonne compression des images est nécessaire pour assurer leur qualité. Google tient compte des formats suivants : GIF, JPEG, PNG, WebP et SVG. Sachez tout simplement que l’utilisation des images de grande taille de plus de 500 x 500 pixels aide à mieux positionner votre billet (au lieu de petite taille : 150 x 150 ou taille moyenne : entre 150 x 150 et 500 x 500).

 

commandement-n9-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

#10 : Le permalien, tu rendras plus charmant

Le permalien, cette URL courte, doit être descriptif et contenir votre mot-clé principal ou un de ses synonymes. C’est un point complexe dans l’optimisation de votre post (car la plupart des pros affirment que si on le modifie de son format original, ça changera le positionnement de vos billets ???). Tout de même, pour vous faciliter la vie, avant de publier votre post, tâchez de terminer votre URL par le contenu de la balise H1 (pour le cas de ce billet : c’est ^^^ 10 commandements^^^), d’indiquer le mot-clé le plus important (dans le cas traité : c’est ^^^ référencement SEO ^^^^), de les séparer par des tirets sur 6 (), d’indiquer la date de publication (pour notre cas : c’est ^^^^ 2017/02/17 ^^^^)…

L’URL naturelle de ce billet est : https://femmeetinfos.wordpress.com/2017/02/17/les-10-commandements-d-un-référencement-SEO-réussi-pour-vos-contenus/, mais avant publication, je l’ai changé en : https://femmeetinfos.wordpress.com/2017/02/17/référencement-SEO-en-10-commandements/ en tenant bien compte de ses règles. Ce sera cette adresse qui s’affiche dans la barre de recherche quand vous cliquez sur ce post en naviguant sur mon blog.

 

commandement-n10-dun-referencement-seo-reussi

credit photo Femme et Infos sur Scribus

 

Mots de la fin…

Ces 10 commandements vont vous aider à améliorer le référencement naturel de votre blog sans passer par l’aide d’un pro. Non seulement vous devez soigner votre balise title, le chapeau de votre article et ses différents balises heading, mais encore fallait-il que vous appeliez les lecteurs à l’action. Pour cela, vous ne devez pas oublier d’insérer en fin de post une ou des questions incitatives.

 

 

articles mode et beauté pas chers sur vide dressing femme et infos

 

 

Suivre ces 10 commandements d’un #référencement SEO réussi vous tente-t-il pour voir grandir votre bébé blog ? Allez ! Partagez-moi aussi vos expériences.

 

Bisous ❤

signature-fondatrice-blog-et-vide-dressing-femme-et-infos